Route du Rock 2017. Le bilan, jour 3.

Troisième et dernier jour du festival, où les membres de Château d’Air ont eu la bonne idée de participer au tournoi de foot de S.A.N.D. sur la plage, sous le pseudo The Avalanches. Ben oui, on est pas assez crevés avec les concerts. Un grand bravo d’ailleurs à l’organisation (Fred), aux spectateurs, et aux joueurs qui seront restés fair-play de bout en bout (l’auto-arbitrage aura été un succès).

DSCF2564.JPG

The Proper Ornaments:

DSCF2578

The Proper Ornaments

Le genre de groupe idéal pour ouvrir une soirée à la Route du Rock. Très pop et collant parfaitement à l’atmosphère « soleil tombant » / apéritif. J’en garde un bon souvenir, même si ce n’est pas le genre de performance qui fait forcément grimper au plafond.

Angel Olsen:

DSCF2585

Angel Olsen

Énorme satisfaction pour ma part. Déjà conquis sur CD, j’ai adoré la performance d’Angel et son groupe. Visuellement, les tenues étaient seyantes, c’est le moins que l’on puisse dire. Ensuite musicalement, le set proposé avait tout pour séduire, entre « vieux » morceaux et nouveautés. Et elle n’hésite pas à jouer avec le public, voire même à minauder un peu. Grand moment.

Yak:

DSCF2591

Yak

Voilà encore un groupe qui aura retourné le Fort. Prévisible, certes étant donné ce qu’ils produisent sur album, mais quand on sent qu’il y a en plus l’envie et la sincérité, c’est encore mieux. Le passage dans le public du chanteur, Oliver Henry Burslem, restera d’ailleurs comme un des grands moments du weekend.

Mac DeMarco:

Étant donnée sa performance en 2014 (de loin le meilleur concert cette année là), j’avais un peu peur de voir soit une redite, soit d’être « blasé ». C’est sans compter sur la faculté de Mac et sa bande à se renouveler et à improviser. Je me rends compte que chacun de ses concerts doit être unique et que le suivre sur une tournée doit donner lieu à des moments inoubliables chaque soir. Si la reprise Coldplay avait fait rire tout le monde la dernière fois, celle de Vanessa Carlton ce dimanche a eu le même effet. Vraiment un grand gars, dans le sens artistique du terme, qui arrive a créer une communion comme rarement avec son public. Il peut revenir l’an prochain, pas de problème!

Interpol:

Pas grand chose à redire. On connaissait la playlist (par cœur) et on a pas été déçus. Ce genre de concert est assez particulier, car effectivement, le côté surprise / découverte est totalement occulté. mais quand bien même, quel pied de pouvoir entendre « live » cet album qui tourne depuis 15 ans déjà sur nos platines.

The Moonlandingz:

Regardé de loin aussi (les années commencent à se faire sentir probablement…). Mais vu du bar, ça avait l’air de bien bastonner aux premiers rangs.

Ty Segall:

Monsieur garage-rock a livré une prestation de qualité, avec tout ce qu’il faut de gros son et de riffs. Par contre moi j’étais encore sur mon coup de mou depuis le concert précédent.

Tale Of Us:

Bonne surprise pour finir les 3 jours. Sur album, leur musique me semblait un peu dépressive et plutôt adaptée à des petites audiences. Ils ont réussi à muscler leur jeu, juste assez pour garder éveillés les derniers fêtards et faire bouger les vieux récalcitrants comme moi. Une très bonne note donc pour terminer.

Bilan général:

Mon top 3, difficile à établir cette année tant il y a eu de bonnes choses, ce serait Angel Olsen, Thee Oh sees et Idles (et pas loin derrière Mac DeMarco et PJ Harvey).

Le coup de cœur va à Idles, qui ont littéralement retourné le Fort, et au plan vidéo où l’on voit les 2 batteurs de Thee Oh Sees devant la foule. Magique.

Côté déception, DJ Shadow et Arab Strap, comme expliqué dans les précédents bilans.

Un grand bravo à l’organisation dans son entièreté. Vivement Août 2018!

Publicités

Route du Rock 2017, les photos.

De retour du pèlerinage à St-Malo, l’équipe de Château d’air est en train de vous concocter un débriefing aux petits oignons.

En attendant d’avoir couché nos (mémorables) souvenirs sur écran, un petit récapitulatif en photos s’impose.

Alors attention, photographe c’est un vrai métier, merci donc de respecter l’amateurisme de votre dévoué journaliste.

VENDREDI 18

 SAMEDI 19

DIMANCHE 20

AMBIANCES

Courant d’Air #1712

designklein-14811822Yak, Alas Salvation, 2016.

L’énergie débordante proposée sur cet album risque de rendre sourdes les oreilles les moins aguerries.  Attention, il n’y aura pas de temps mort. @yak_band

Sleaford Mods, English Tapas, 2017.

Le concept Sleaford Mods est tellement unique que malheureusement, il avait jusqu’ici vite tendance à se mordre la queue. Sans pour autant renier leur style, les 2 compères ont pourtant réussi à injecter du sang neuf dans leurs compos et English Tapas perd la certaine redondance des autres albums (qui est leur seul défaut si on exclue l’emploi fictif caractérisé de Andrex Fearn sur scène -à voir absolument). Tant mieux! @sleafordmods

King Gizzard And The Lizard Wizard, Flying Microtonal Banana, 2017.

Écouter cet album, c’est l’assurance d’un bon repas complet. Sous une couche mystique, limite psychée, on ressort de là en ayant l’impression d’avoir écouté de tout. L’avantage, c’est que ce n’est pas proposé dans le registre vintage / hommage, mais bien comme une nouveauté qui a réussi à assimiler plusieurs styles. @kinggizzardband

Paradis, Recto Verso, 2016.

Paradis, c’est un gros coussin bien moelleux . Paroles douces et musique minimaliste mais très bien construite vous invitent à vous détendre. Clairement reposant. @paradisfm

Los Campesinos!, Sick Scenes, 2017.

J’étais resté sur une image plutôt déjantée et un son limite désordonné de Los Campesinos! Il faut croire qu’ils ont changé (ou bien que j’ai quelques lacunes) car cet album est un franc succès. Lorgnant tantôt vers le punk US, tantôt vers une pop extrêmement légère, les compositions de cet album sont toutes de vraies réussites. @LosCampesinos