[Playlist] Cumulus #5

Cumulus #05

Allez ! Même si le Printemps n’est pas tout à fait là… c’est décidé, fini l’hibernation ! On relance la machine et on commence par un petit décrassage avec un nouveau Cumulus- histoire de faire place nette. Les Cumulus sont des playlists qui retracent les artistes dont nous avons parlés au cours des derniers mois… Nous voici donc avec 18 chansons rien que pour vous.

 

 

Voici la tracklist du Cumulus #5 avec les articles correspondants en liens:

01. Whitey – « Count those Freaks »
02. Eli « Paperboy » Reed – « WooHoo »
03. The Dø – « Keep Your Lips Sealed »
04. Lucius – « Genevieve »
05. Arcade Fire – « Reflektor »
06. MLCD – « Bitter Taste of Life »
07. Talmud Beach – « Hobo Don’t Mind a Little Rain »
08. Feu! Chatterton – « La Mort dans la Pinède »
09. Tom Vek – « Sherman (Animals In The Jungle) »
10. Black Strobe – « Broken Phone Blues »
11. Mujuice – « Юность »
12. Vendredi – « Chiara »
13. Alt-J – « Hunger of the Pine »
14. G-Unit – « Real Quick »
15. Marcelo D2 – « Qual É »
16. Real Estate – « Crime »
17. Phoria – « Atomic »
18. Slow Club – « Tears of Joice »

Publicités

Whitey

Whitey

Whitey… Voilà presque 10 ans que son premier album “The Light At The End Of The Tunnel Is A Train”, tourne régulièrement sur mon lecteur. Un génie londonien du genre électro-krautrock, qui vous plonge au coeur de son nuage gris, chargé, au bord de l’éclatement, mais sous lequel il ne pleut pas une goutte. Le titre de cet album en dit long sur la personnalité de Whitey. En effet, le pessimisme ambiant qui l’anime et l’inspire, illustré par une voix nonchalante, est contrebalancé par des nappes électro-rock qui défient l’inertie des corps! Lors d’une interview avec “Line out”, il listera ses sources d’inspiration comme suit: “Failure, frustration, revenge, ambition, poverty, drunks, thugs, outsiders, obsession, falling in and out of love, women, drugs, drugs, drugs, a sentence in a book, a line in a film, idiots on trashy reality TV. Everything… ». C’est pour le moins éloquent.

Nathan Joseph Whitey est le membre unique de son projet original. Il compose et produit la quasi-totalité de ses oeuvres. Même si la sortie de son premier album en 2005 chez 1234 Records a été bien accueillie par la presse et le public, l’artiste a connu de nombreuses difficultés de diffusion par la suite. Son deuxième album “The Great Shakes” dont la sortie était prevue en 2007, fuitera peu de temps avant sur internet. Cela entrainera la fin de son contrat avec 1234 Records et l’album ne verra officiellement pas le jour. Ces deux productions suivantes “Stay On The Outside” et “Canned Laughter”, connaîtront aussi des difficultés de distribution. On a vraiment du mal à comprendre comment un tel talent peine à signer sur un gros label…

En 2012, il décide alors de sortir son nouvel album “Lost Summer” par l’intermédiaire de son bandcamp. Il persiste dans son registre psychédélique et signe un bel opus dans la lignée de son premier album.

Dès fin 2012, il organise une levée de fonds pour financer la sortie de son prochain album « Barebones » et de sa tournée via le site kickstarter. Les internautes peuvent acheter son album en pré-vente sous divers formats mais également des coffrets édition limitée. L’opération connaitra un franc succès dès le mois de janvier et Whitey était en tournée mondiale tout au long de l’année 2013. Il diffusera un morceau inédit « No More Right Or Wrong » issu de ce dernier album sur son bandcamp.

Certains de ses morceaux seront aussi utilisés dans des séries américaines telles que The Sopranos (“Do The Nothing” en collaboration avec Erol Alkan) et Breaking Bad (“Stay On The Outside”).

Cependant, Whitey ne sera jamais sous les projecteurs jusque là et c’est sincèrement regrettable. C’est la raison pour laquelle il me tenait à coeur de lui réserver une chaude place dans notre Château d’Air. J’ai donc sélectionné pour vous quelques titres qui éveilleront, je l’espère, votre curiosité…