Courant d’Air #1736

designklein-14811822Petite playlist spéciale des « anciens de la Route du Rock » comme on est encore un peu dedans et que plusieurs albums d’artistes déjà programmés sortent en ce moment.

The War On Drugs, A Deeper Understanding, 2017.

Tous les ans, on cherche l’album qui va « Prolonging The Magic (Cake, 1998) », celui qui va faire durer l’été un peu plus que prévu. Pour 2017, c’est bon, c’est trouvé. The War On Drugs, avec une batterie un peu plus présente que sur le dernier album, réussi à produire la sonorité idéale pour les barbecues et les soirées de septembre. Pop, léger, mais entrainant. @TheWarOnDrugs

Naomi Punk, Yellow, 2017.

Voyage dans l’Allemagne des années 70. Un son métallique, déglingué, un chant qui passe presque inaperçu. Dépaysement garanti.

The Districts, Popular Manipulations, 2017.

Album plus sombre que le précédent, moins dansant. Mais le son gagne en assurance, en consistance. On se rapproche sur certains morceaux d’Interpol. On sent que le groupe prend du galon, tant mieux. @TheDistrictsPa

Widowspeak, Expect The Best, 2017.

Belle surprise que ce Expect The Best. J’avais laissé Widowspeak sur une bonne note, mais sans un enthousiasme particulier. Là les mélodies et surtout la voix de Molly Hamilton vont clairement faire plus qu’un petit tour sur la platine. @widowspeaking

Oh Sees, Orc, 2017.

C’est toujours brouillon, limite audible et intelligible, mais leur performance à la Route du Rock m’oblige à revoir mon avis. Je me replonge donc dans leur abondante discographie, histoire de voir à côté de quoi je suis passé.@TheeOhSees

Publicités

Route du Rock 2017. Le bilan, jour 1.

Voilà, une semaine après le festival, les idées sont plus claires et le bilan peut se faire à tête reposée.

Encore une grande année, pour sûr. Musicalement d’abord. Car si, sur le papier, tout laissait penser que ce serait un grand cru, ce fut amplement vérifié dans les travées du Fort. Mais aussi pour les à-côtés avec, une fois n’est pas coutume, le beau temps au rendez-vous. Les divers tournois de sport organisés sur la plage (S.A.N.D) ont aussi ravi l’équipe de Château d’Air. Bref, que du bon, qu’on vous fait partager maintenant. Personne n’ayant pu être présent le jeudi soir, c’est pour nous le vendredi qui fut le jour 1.

Froth:

Froth2

Froth

On attaque tranquillement les 3 jours avec Froth, venus tout droit de Los Angeles. Plus énervé que sur disque le concert est vraiment agréable, avec le soleil en prime, qui accompagnera les festivaliers tout le weekend.

Foxygen:

Foxygen

Foxygen

Très bon concert aussi, qui aurait mérité de passer un poil plus tard, le jeu de scène étant à mon avis plus adapté à la nuit.

PJ Harvey:

DSCF2510

PJ Harvey

Pas grand chose à redire sur la prestation tellement elle était carrée et maitrisée de bout en bout. De la longue ribambelle de musiciens (9!) qui entrent sur scène, jusqu’à la dernière note, les fans et les novices en ont eu pour leurs yeux et leurs oreilles. A cela j’ajouterais que j’ai trouvé le choix playlist proche de la perfection.

Car Seat Headrest:

DSCF2513

Car Seat Headrest

Un tout petit peu en deçà de mes attentes. Je trouve que le groupe a eu du mal à lâcher les chevaux. La présence scénique de Will Toledo m’a paru un peu limite. Bon concert mais clairement trop court (surtout que c’est sur la fin que ça devenait bon).

Idles:

DSCF2533

Idles

LA claque. Les gars réussissent à la fois à produire de la mélodie, à être hyper présents sur scène et à ne pas tomber dans la surenchère ou la caricature.  Clairement ma découverte et un des meilleurs concerts du festival.

Thee Oh Sees:

Ou bien Oh Sees comme on doit les appeler maintenant. J’étais resté sur ma faim (et mon avis) en 2014: trop brouillon, pas de mélodie, ils en font trop sur scène… Je suis donc arrivé les mains dans les poches, en prévision de ma pause repas. Et là, ce fut tout le contraire. Déjà un visuel terrible avec ces 2 batteries. Un John Dwyer qui se donne, mais sans en faire trop. Et un son du tonnerre, qui a mis tout le monde d’accord (moi inclus). Je révise ma copie, au moins pour ce qui est de leurs lives!

Helena Hauff:

DSCF2536

Helena Hauff

L’électro pure n’étant pas ma tasse de thé, j’ai décalé mon repas d’un concert. Mais pour avoir suivi de loin, les aficionados ont du apprécier.

DJ Shadow:

Là je maitrisais déjà un peu plus le sujet. Première vrai déception du weekend. Un son trop hip-hop, pas assez orienté « rock ». Et comme je deviens un vieux con, j’attendais des morceaux d’Endtroducing, qui n’ont pointé le bout de leur nez qu’à la toute fin.

Rendez-vous demain pour la suite.

Route du Rock 2017, J-2.

logo2C’est devenu l’incontournable de l’été. Depuis 1991, l’équipe de Rock Tympans nous prépare LA programmation aux petits oignons pour combler nos oreilles d’un savant mélange de nouveautés et de grands noms de la musique indé. À 2 jours de l’ouverture du festival, il est grand temps de faire le point.

Cette année encore, pas de compromis, et que du bon en perspective. Nous n’allons pas revenir sur la programmation en détail, tant elle est dense, mais voici la liste des artistes présents pour cette édition.

route-du-rock-ete-2017-programme

Courageux, nous nous sommes pliés au petit jeu du pronostic afin de savoir  quelle serait la révélation du week-end. Et chacun y est allé de son favori, Moonlandingz pour Rodrigue, Yak pour Thomas et Idles pour ma part. Les sus-nommés ayant sorti leur premier album en 2016 ou 2017, on a peu de références et la surprise risque d’être au rendez-vous.

Enfin, pour sortir un peu de notre créneau « découverte », nous avons aussi voulu savoir pourquoi certains groupes revenaient pour la seconde fois (ou plus) cette année. C’est le cas de pas mal de formations – Interpol, PJ Harvey, DJ Shadow, Angel Olsen, Mac DeMarco, Temples, Thee Oh Sees, Parquet Courts, Car Seat Headrest, Allah-Las, Arab Strap ou bien encore les Magnetic Friends – et nous leurs avons donc posé quelques petites questions. Les agendas étant chargés en cette saison, seuls les Parquet Courts et les Magnetic Friends ont pu nous retourner les questionnaires dans les temps. Un grand merci à eux et aux quelques autres qui étaient en bonne voie. Pour information, les réponses (et les questions ajoutées par les groupe) sont en italique.

PARQUET COURTS
Quel est votre meilleur souvenir de votre passage à St-Malo? Y’a-t-il une anecdote sympa à raconter?
Nous avons joué de nuit, ce qui était formidable. On ne joue pas souvent de nuit, et avec le Primavera ce fut la seule fois il me semble. Les gens en avaient la bave au lèvres et la nourriture était excellente.
– Ah oui? Et Qu’avez-vous mangé?
Difficile de se rappeler. Je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il y avait du pain. Et je crois qu’une soupe a aussi fait son apparition.
Et un mauvais souvenir?
Aucun mon ami. Et s’il y en avait eu, ils ont été effacés par des verres de votre vin mondialement connu.
Ah, des hommes de goût…
[ils lèvent leurs verres]
– Connaissiez-vous le festival avant, et cela a-t-il eu une influence sur votre venue?
Non, jamais entendu parler avant d’y jouer. Mais maintenant, nous ne l’oublierons jamais.
– Avez-vous été charmés par l’architecture médiévale de St-Malo qui contraste avec la côte bretonne ensoleillée?
Oh mon Dieu, oui!
MAGNETIC FRIENDS
Quel est votre meilleur souvenir de St-Malo?
Un mix avec le thème de Twin Peaks par Badalamenti et la reprise du Personal Jesus de Depeche Mode par Johnny Cash juste avant l’entrée en scène des Cure. Magique.
Et votre pire souvenir?

Le concert de Blonde Redhead en 2002 je crois arrêté pour cause d’orage. Une édition apocalyptique. Et le concert de Programme en clôture de la première soirée toujours sous la pluie et devant je dirais 70 personnes…

Pour tout renseignement supplémentaire, n’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel de la Route du Rock.

Thee Oh Sees – « Drop »

thee-oh-sees-dropDepuis les sorties de Floating Coffin et Singles collection Colume 3 en 2013, on pouvait se demander où en était Thee Oh Sees depuis le déménagement de leur leader (John Dwyer) de San Franciso à Los Angeles pour son projet solo Damaged Bug. Le doute aura été de courte durée, avec la sortie de Drop en avril. Enregistré dans une serre à bananes, on y retrouve avec grand plaisir leur rock-garage pshyché


Si vous voulez en connaître d’avantage sur cet excellent groupe, je vous conseille d’aller lire notre article à leur sujet : Thee Oh Sees – « Floating Coffin »

[Playlist] Cumulus #03

cumulus3

Voici un nuage de plus en ces temps nuageux dont nous espérons qu’il va vous plaire. Le 3ème Cumulus est là et regroupe 16 artistes dont nous avons déjà parlé dernièrement dans le blog. Cela donne une playlist d’un peu plus d’une heure pour vos oreilles.
Bonne écoute!

01. Max Frost – « White Lies »
02. Portugal. The Man – « Evil Friends »
03. BRNS – « Wounded « Mexico » »
04. The Growlers – « Burden of the Captain »
05. Foxygen – « No Destruction »
06. Thee Oh Sees – « Minotaur »
07. The Knife – « Pass This On »
08. Daily Vacation – « Dawn at the Lagoon »
09. Tristesse Contemporaine – « Daytime Nighttime »
10. Plan B – « Ill Manors »
11. Kadebostany – « Walking with a Ghost »
12. AlunaGeorge – « You Know You Like It »
13. Bike For Three – « Full Moon »
14. Deltron 3030 – « Mastermind »
15. Rhume – « Tempête Dans Un Verre D’eau »
16. Boards of Canada – « Reach For The Dead »

Thee Oh Sees – « Floating Coffin »

Thee Oh Sees – Floating Coffin

En avril, le 12em album « Floating Coffin » du groupe californien Thee Oh Sees est sortie dans les bacs. Thee Oh Sees en quelques chiffres c’est : 12 albums en 10 ans, 4 en 2 ans, 6  noms (Orinoka Crash Suite, OCS, Orange County Sound, The Ohsees et The Oh Sees), 1 leader (John Dwyer) accompagné de 4 membres (Brigid Dawson, Pety Dammit!, Mike Shoun, Lars Finberg), 2 batteurs, 1 apparition dans Breaking Bad, 1 groupe génial !

« Floating Coffin » vient donc de confirmer que l’hyper productivité de ce combo venu de San Francisco ne nuit pas à leur qualité. L’album, qui succède aux très bons « Putrifiers II » et  « Carion Crawler/The Dream », montre que le groupe se diversifie et s’affine au fil de leurs nombreuses productions…Une philosophie de production expliquée par Dammit au New York Music News en 2012 :

« We work hard. I think it seems strange for us to release so many records because of the tradition in the recording industry to do things a certain way. For decades it has been months and months in the studio, one release a year, tour this, tour that, do this, do that… We just do what we want to do. Most of the songs have been worked out by the time we get to the studio so we can record them all live in two days. The other two days in the studio are having fun writing on the spot and having fun

Thee Oh Sees – Floating CoffinCet esprit on le retrouve dans la musique de Thee Oh Sees que l’on pourrait considérer comme un mélange de garage rock, de passage psychédélique et de folk. Le dernier album ne déroge pas à la règle. On se laissera emporter par les guitares auxquelles se mélange les voix de Dwyer et de Dawson ou encore par les passages psychés au détour d’une flute  (« Tunnel Time » ) ou d’un violon (« Minotaur »). En écoute, je vous propose de découvrir les titres « Toe Cutter – Thumb Buster » et « Minotaur » (à travers leur clip), ainsi que la plus ancienne « Tidal Wave » (le passage présent dans Breaking Bad).