Route du Rock 2017. Le bilan, jour 2.

Réveil difficile pour certains, un peu mieux négociés pour d’autres qui ont réussi à se coucher tôt et sobres… toujours est-il qu’on enchaîne sur le samedi. La programmation étant dense, et les navettes prises d’assaut (du moins c’est ce que je me laisse dire), je fais l’impasse sur la plage pour ne pas louper une minute des 8 groupes qui vont défiler dans le Fort. C’est parti!

Cold Pumas:

DSCF2543

Cold Pumas

Grosse côte pour le groupe de Brighton. Pour moi la meilleure ouverture sur les 3 jours. Un live toujours bien en rythme et visuellement prenant grâce à leur batteur-chanteur qui dégage une sacrée présence derrière ses fûts. Musicalement, ils modifient peu ce qu’ils font (très bien) sur album, juste ce qu’il faut pour donner un peu plus de punch.

Parquet Courts:

DSCF2547

Parquet Courts

J’aime bien sur album, sans plus. Même ressenti lors du concert.

Arab Strap:

DSCF2552

Arab Strap

Ma déception du samedi. J’étais resté sur une musique éthérée et des paroles en chanté/parlé qui collent parfaitement à cette atmosphère un peu lugubre. Si la voix et la prestance d’Aidan Moffat ne sont en rien discutables, j’ai par contre au beaucoup de mal avec la musique. Celle-ci reste très bonne, mais les morceaux étaient sur-instrumentalisés à mon goût et on a grandement perdu en intimité. Dommage.

Temples:

DSCF2556

Temples

M’ont laissé la même sensation que lors de leur premier passage. Un peu rigides et ayant du mal à magnifier leurs morceaux (pourtant excellents) sur scène.

The Jesus And Mary Chain:

C’était clairement le concert que j’attendais le plus. Le genre de groupe qu’on pense ne jamais voir sur scène, jusqu’au jour où… Ils ont rempli leur mission sans problème. Avec une musique qui reste longtemps dans les oreilles et dans la tête. Le jeu de scène de Jim Reid est assez impressionnant, surtout qu’étant donnée la disposition du groupe, il doit tout assurer de A à Z.

Black Lips:

Petite impasse pour moi, on commence à se faire vieux. Vu de loin donc, ça volait dans tous les sens.

Future Islands:

Comme annoncé, Samuel Herring est un monstre sur scène. Si leur musique sur album me plaît bien, sans plus, il faut reconnaitre que là, ils savent augmenter le niveau d’un cran pour rendre le live captivant.

Soulwax:

La machine à danser tout simplement. Avec le format proposé, difficile de se planter et je crois que c’est quasi unanime. Le mélange du rock et de l’éléctro a pris, et St Père a sauté, sauté jusqu’au bout de la nuit. Un grand moment!

Suite et fin demain!

Publicités

Route du Rock 2017, les photos.

De retour du pèlerinage à St-Malo, l’équipe de Château d’air est en train de vous concocter un débriefing aux petits oignons.

En attendant d’avoir couché nos (mémorables) souvenirs sur écran, un petit récapitulatif en photos s’impose.

Alors attention, photographe c’est un vrai métier, merci donc de respecter l’amateurisme de votre dévoué journaliste.

VENDREDI 18

 SAMEDI 19

DIMANCHE 20

AMBIANCES

Route du Rock 2017, J-2.

logo2C’est devenu l’incontournable de l’été. Depuis 1991, l’équipe de Rock Tympans nous prépare LA programmation aux petits oignons pour combler nos oreilles d’un savant mélange de nouveautés et de grands noms de la musique indé. À 2 jours de l’ouverture du festival, il est grand temps de faire le point.

Cette année encore, pas de compromis, et que du bon en perspective. Nous n’allons pas revenir sur la programmation en détail, tant elle est dense, mais voici la liste des artistes présents pour cette édition.

route-du-rock-ete-2017-programme

Courageux, nous nous sommes pliés au petit jeu du pronostic afin de savoir  quelle serait la révélation du week-end. Et chacun y est allé de son favori, Moonlandingz pour Rodrigue, Yak pour Thomas et Idles pour ma part. Les sus-nommés ayant sorti leur premier album en 2016 ou 2017, on a peu de références et la surprise risque d’être au rendez-vous.

Enfin, pour sortir un peu de notre créneau « découverte », nous avons aussi voulu savoir pourquoi certains groupes revenaient pour la seconde fois (ou plus) cette année. C’est le cas de pas mal de formations – Interpol, PJ Harvey, DJ Shadow, Angel Olsen, Mac DeMarco, Temples, Thee Oh Sees, Parquet Courts, Car Seat Headrest, Allah-Las, Arab Strap ou bien encore les Magnetic Friends – et nous leurs avons donc posé quelques petites questions. Les agendas étant chargés en cette saison, seuls les Parquet Courts et les Magnetic Friends ont pu nous retourner les questionnaires dans les temps. Un grand merci à eux et aux quelques autres qui étaient en bonne voie. Pour information, les réponses (et les questions ajoutées par les groupe) sont en italique.

PARQUET COURTS
Quel est votre meilleur souvenir de votre passage à St-Malo? Y’a-t-il une anecdote sympa à raconter?
Nous avons joué de nuit, ce qui était formidable. On ne joue pas souvent de nuit, et avec le Primavera ce fut la seule fois il me semble. Les gens en avaient la bave au lèvres et la nourriture était excellente.
– Ah oui? Et Qu’avez-vous mangé?
Difficile de se rappeler. Je pense pouvoir dire sans me tromper qu’il y avait du pain. Et je crois qu’une soupe a aussi fait son apparition.
Et un mauvais souvenir?
Aucun mon ami. Et s’il y en avait eu, ils ont été effacés par des verres de votre vin mondialement connu.
Ah, des hommes de goût…
[ils lèvent leurs verres]
– Connaissiez-vous le festival avant, et cela a-t-il eu une influence sur votre venue?
Non, jamais entendu parler avant d’y jouer. Mais maintenant, nous ne l’oublierons jamais.
– Avez-vous été charmés par l’architecture médiévale de St-Malo qui contraste avec la côte bretonne ensoleillée?
Oh mon Dieu, oui!
MAGNETIC FRIENDS
Quel est votre meilleur souvenir de St-Malo?
Un mix avec le thème de Twin Peaks par Badalamenti et la reprise du Personal Jesus de Depeche Mode par Johnny Cash juste avant l’entrée en scène des Cure. Magique.
Et votre pire souvenir?

Le concert de Blonde Redhead en 2002 je crois arrêté pour cause d’orage. Une édition apocalyptique. Et le concert de Programme en clôture de la première soirée toujours sous la pluie et devant je dirais 70 personnes…

Pour tout renseignement supplémentaire, n’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel de la Route du Rock.

Courant d’Air #1711

designklein-14811822Grandaddy, Last Place, 2017.

Des frissons. Voilà tout simplement ce qu’arrache le dernier Grandaddy à quelqu’un qui a mis le pied dans la musique à l’époque où le groupe sortait ses premiers disques. Pas besoin d’en dire plus. @Grandaddy

The Decemberists, The Crane Wife, 2016.

Pas vraiment une nouveauté, puisqu’il s’agit d’une réédition de la sortie de 2006. Mais c’est l’occasion de repasser un  fort bon moment à l’écoute de ce fort agréable album, agrémenté de plein de versions alternatives. @TheDecemberists

Novella, Change of State, 2017.

Novella fait la part belle à l’imaginaire sur ce disque. Outre une musique entêtante, de longues plages sans paroles sont proposées où chacun pourra se laisser bercer par des rythmiques où l’on se retrouve à dodeliner de la tête sans même s’en rendre compte. Un peu comme le fait TOY par exemple. @NOVELLA_NOVELLA

Temples, Volcano, 2017.

Suite somme toute logique du premier album sorti il y  a maintenant 4 ans. Temples ne révolutionne pas son style, loin de là, mais s’inscrit dans la continuité d’un déjà très bon travail. Si on a aimé le premier effort, aucune raison de se priver. @TemplesOfficial

Tim Darcy, Saturday Night, 2017.

Bien apaisé par rapport à son travail au sein de Ought, Tim Darcy prouve que l’on peut tout de même faire 2 chose bien différentes et les faire bien. Plus introspectif donc. @tim_darcy