Interview de Gaël Duro.

ic_large_w900h600q100_gaeldurophotoIl y a une semaine de cela, Château d’Air a dépêché deux de ses plus intègres journalistes pour aller à la rencontre de Gaël Duro dans sa ville d’adoption, Lesneven.

Autour d’un verre au bar Chez Tom (merci à Nico au passage pour le prêt de la salle) nous avons pu faire un petit point sur sa carrière solo -son deuxième album, « Mâle », vient de sortir le 22 avril- et sur le festival Legend’Air, qu’il organise fin novembre depuis deux ans déjà.

ATTENTION – Ce programme est susceptible de contenir des placements de produits.

Pour ceux qui veulent en entendre plus, le premier album de Gaël, « Tu vois le tableau » est en écoute sur Spotify.

Les clips présentés dans l’interview sont juste en dessous dans leur version intégrale.

Et pour commander le très bon nouvel album, c’est par là:

17966416_10154295633272212_3978118852640719590_o

Interview de Bellevue Days.

1On continue l’exploration du monde musical en interviews, avec pour notre nouveau rendez-vous les Bellevue Days.

Alan, Daniel, Jack et Joe, les 4 anglais dont nous avions vanté les mérites dans un précédent Courant d’Air se sont gentiment pliés au jeu de l’entretien dans un lit. Malheureusement, suite à un souci technique, seul le son a pu être capté. Qu’à cela ne tienne,  l’essentiel est sauf puisque votre serviteur a pu exploiter la bande audio pour en extraire la substantifique moelle et vous en offrir une traduction aussi fidèle que possible (merci à Thomas et Cécilia pour le coup de main).

Le groupe a à son actif 2 EPs, sortis en 2015 et 2016 (The Sun Came Up When We Were Young et Sad Boy, tous deux disponibles sur SoundCloud) et nous annonce de nouvelles productions  imminentes.

Je vous laisse en compagnie des Bellevue Days, j’ai un appel téléphonique.

Interview de Bertrand Brésil.

avatars-000284891377-ztwj7j-t500x500Amis brestois et de partout dans le monde, vous n’êtes sûrement pas sans savoir que la Carène, salle des musiques actuelles, fête en ce moment ses 10 ans.

C’est dans ce cadre que nous avons été reçus par Bertrand Brésil directement dans sa chambre, comme le faisait Brian Wilson en son temps.

Voici donc la vidéo de ce qui s’y est dit. Entre pyjama de soie et mime de guillemets on en a appris un peu plus sur l’artiste.

Le montage ayant (bien indépendamment de notre volonté) pris plus de temps que prévu, les évènements du mois de février dont il est question sont malheureusement déjà passés. Veuillez nous excuser pour la gêne occasionnée (vous pouvez cependant toujours aller le voir en vrai puisque son prochain live est mardi 14 mars à 19h00, au Vauban). Pour vous familiariser avec sa musique et son univers, Bertrand est disponible 24/24 sur SoundCloud et sur Facebook.

Courant d’Air #1706

Foxygen, Hang, 2017.

C’est vendredi, vous êtes détendus, la semaine se termine. Une BO s’impose alors, celle du dernier Foxygen. L’album à la joie communicative qui ne vous laissera pas indifférent.  @foxygentheband

Austra, Future Politics, 2017.

Album ultra prenant dominé par son morceau du même nom. Difficile de rester de marbre face la profondeur de cet electro-rock. @austratalks

Nada Surf, You Know Who You Are, 2016.

Malgré un manque criant d’originalité et de prise de risque, Nada Surf continue tant bien que mal à faire du Nada Surf. Difficile de dater leurs morceaux tellement ils se ressemblent, mais leur son reste tout de même fort agréable. A petite dose. @nadasurf

Cherry Glazerr, Apocalipsticks, 2017.

Rock garage léché, où la voix de Clementine Creevy oscille élégamment entre celle de Chan Marshall (Cat Power) et celle de Kazu Makino (Blonde Redhead). @cherryglazerr

Matthew E. White & Flo Morrissey, Gentlewoman, Ruby Man, 2017.

Les albums de reprises aussi qualitatifs sont rares. Si le choix des morceaux est très éclectique, ils sont tous revisités à la sauce White / Morrissey. Et loin de révolutionner les originaux, chaque nouvelle interprétation donne vraiment un second souffle. Un souffle frais. @flomorrissey @amattwhitejoint

Courant d’Air #1705

The XX, I See You, 2017.

Attendus au tournant après Coexist en 2012. Ce qui avait fait la magie de leurs précédents opus est toujours là. Retour gagnant! @The_xx

Benjamin Biolay, Palermo Hollywood, 2016.

Une vraie BO de film des années 70 que ces 14 titres proposés par Benjamin Biolay qui a puisé son inspiration en Argentine et plus particulièrement à Buenos-Aires. @Benjamin_Biolay

The Flaming Lips, Oczy Mlody, 2017.

D’inspiration clairement nordique, l’album navigue entre les anciens de Gus Gus et les plus récents Sigur Rós. Une sorte d’anthologie de l’électro pop et du trip-hop à travers les 2 dernières décennies. @theflaminglips

Bonobo, Migration, 2017.

Compositions reposantes et relaxantes sur la nouvelle mouture de Bonobo. Idéales pour l’apéro? Clairement! @si_bonobo

Mac DeMarco

Sorti cette semaine, un extrait du nouvel album de Mac DeMarco à paraître le 5 mai 2017. @Msldemarco

Interview des « Slow Sliders ».

14600990_1250576135016914_8591281751207919104_n

Entre deux prises de son et deux prises vidéo, les Slow Sliders, formation bretonne, a eu la gentillesse de nous accorder une interview. Nouvel album, nouveau clip, la suite de 2017, ils nous disent (presque) tout.

Messieurs bonjour. Tout d’abord, je vous laisse vous présenter, et ainsi nous préciser comment vous êtes venus à la musique (ou si c’est la musique qui est venue à vous).

Salut !

On est les Slow Sliders un groupe de quatre gars du Finistère (Victor, Axel, Clovis et Gwen). Pour le coup c’est moi Gwen qui me chargerai de répondre aux questions. En “porte parole”.

Du coup. Je dirais qu’on est venu assez simplement à la musique. A la base on était tous les quatre des gros fans de musique et on pratiquait déjà chacun un instrument avant de monter le groupe. Donc c’est peut être la musique qui est venu à nous. Comme vous préférez !

Comment vous êtes vous rencontrés, et qu’est ce qui vous a poussé à former le groupe?

Clovis Victor et moi c’était pendant nos années collèges. Quand on est rentré au lycée on a voulu monter un groupe de musique ensemble, allez savoir pourquoi ? Faut croire que ça nous paraissait cool ! Du coup arrivé au lycée on a cherché un deuxième guitariste pour compléter la formation. On a rencontré Axel et on lui a proposé, tout simplement.

Quelle sont vos influences? Vous revendiquez-vous d’un groupe, ou d’un mouvement en particulier?

On écoute beaucoup de truc différent. Après c’est difficile de déterminer ce qui nous influence vraiment. Qu’en on parle de nous les gens cite souvent Tame Impala, Mac Demarco, Grizzly Bear… ce genre de groupe. Si on veut parler de mouvement je dirais qu’on s’inscrit dans l’indie rock, ou pop. Comme vous préférez.

D’où vient votre nom d’ailleurs? Une connotation musicale?

Oui ! Ça vient d’un morceau de Van Morrison qui s’appelle “Slim Slow Slider”. C’est clairement un vieux truc de rockeur que de prendre un nom en référence à une chanson (Radiohead, Rolling Stones etc.). On était jeune, on a fait pareil.

J’ai pu voir que l’album et un clip étaient en cours. Quelques précisions sur les dates de sortie?

L’album est dans la boite, on attend les mixes… et c’est long. Pour ce qui est du clip on vient justement de finir de le tourner, une histoire de chien…

Malheureusement on est dans l’impossibilité de vous donner une date de sortie précise à l’heure qu’il est ! Mais rassurez vous, ça sortira en 2017 !

A titre personnel, je vous ai connus lors de la première partie des « Wedding Present » en novembre à Rennes (2 très bons concerts, cela dit en passant). Comment en êtes vous arrivés à tourner avec eux?

C’est la Route du Rock Booking, la division booking du festival qui nous a proposé cette date.

On ne connaissait même pas le groupe avant ça. Après on a fait une seul date avec eux du coup on peut pas vraiment dire qu’on ai “tourné” avec eux !

Les Victoires de la Musique viennent de donner les noms des retenus. Il y a quelque chose qui vous plaît dans le lot? Et plus généralement, quel regard portez-vous sur la musique française? Ce qui apporte une nouvelle question, pourquoi avoir choisi l’anglais pour vos textes?

Non pas vraiment… ah si peut être La Femme. Et encore ça fait pas vraiment l’unanimité au sein du groupe. Je viens d’aller jeter un œil pour le coup, parce qu’à la base j’étais même pas au courant, donc voilà… on s’intéresse pas spécialement à la scène française et encore moins à la musique promut par les Victoires de la Musiques. On va plus s’intéresser au groupe anglo-saxons en général. L’idée de chanter en anglais nous a toujours paru évident. C’est la musique qu’on écoutait du coup c’est la musique qu’on a voulu faire !

En cette période de vœux, un souhait musical pour 2017?

On aimerait bien sortir notre album, ça serait déjà bien !

Après si les artistes qu’on aime bien pouvait sortir des bons albums cette année ça serait parfait !

Non en vérité c’est presque toujours plus satisfaisant de découvrir des nouveaux artistes.

 

Si vous souhaitez découvrir le groupe, voici 2 vidéos, ils sont aussi écoutables sur Soundcloud.

Et si vous préférez vous faire une idée en live, 3 dates à retenir:

Le 25 janvier à Paris, le 26 à Rezé et le 2 février à Dijon.