Courant d’Air #1803

mr-bouche-inrock

HER, Five Minutes, 2015

Le duo soul-pop Rennais composé de Victor Solf et de Simon Carpentier avait connu un franc succès avec la sortie de leur titre « Five Minutes« . Nous avons souhaité rendre hommage à ce groupe talentueux qui a tragiquement perdu un de ses membres fondateurs. Simon Carpentier est décédé d’un cancer en août dernier et laisse un grand vide derrière lui. Victor Solf continue de se produire en compagnie de Desmond Myers ami du groupe résidant à New York et doublure de Simon Carpentier. Victor Solf a confié sur les réseaux sociaux vouloir porter l’héritage du groupe aussi loin que possible pour honorer la mémoire de son défunt ami. Je vous laisse donc écouter ce magnifique titre joué dans le cadre d’un live au Moth Club à Londres.

Bad Sounds, Hot Head Chippenham, 2017

Bad Sounds est un groupe anglais et vient tout juste de sortir son EP intitulé « Mixtape One« . Difficile de résumer la musique de ce quintet par une simple influence Brit rock. Et oui parce qu’on peut aussi parler de pop, hip-hop, funk, dance, electro, etc. C’est un beau mélange mais on retrouvera souvent cette teinte groove et disco en toile de fond. A l’origine formé par Ewan et Callum Merrett, le groupe s’est progressivement étoffé avec les arrivées d’Olivia Dimery à la batterie, de Charlie Pitt à la guitare, puis de Sam Hunt à la basse. Ils ont signé sur le label Insanity Records et on vous fait découvrir leur titre « Hot Head Chippenham« .

Chastity Belt, Now different, 2017

Chastity Belt est un groupe exclusivement féminin dont le nom laisse transparaître une certaine retenue, pudeur ou encore un message de protestation au sujet de l’égalité des genres dans la société actuelle. Le groupe est composé de Julia Shapiro au chant et à la guitare (également membre du groupe Childbirth), Lydia Lund à la guitare, Annie Truscott à la basse et de Gretchen Grimm à la batterie. Restées sur un bilan plutôt mitigé suite à la sortie de leurs deux premiers albums, leur dernière opus « I Used To Spend So Much Time Alone » gagne en maturité. Fini les punchlines provocatrices de femmes émancipées qui croquent la vie à pleine dent. Je vous propose ici leur titre « Now Different » plutôt orienté indie mais qui ne doit pas être considéré comme représentatif de tout l’album. Je vous laisse aussi découvrir le clip décalé où on voit les membres du groupe dans un décor plage bretonne et accoutrées de jeans, vestes en cuir et cheveux au vent.

Suzi Wu, Taken Care Of, 2017

Suzi Wu est pour moi une des révélations de la fin 2017. Elle n’a que 19 ans et démontre déjà de grandes qualités. La jeune londonienne vient de sortir son premier EP « Teenage Witch » qui mérite clairement d’être écouté dans sa totalité pour prendre toute la mesure de son talent. Suzi Wu décrit la vie telle qu’elle est vécue à 19 ans « I’m too scared to live, too stoned to die » et dépeint l’hypocrisie de l’autorité parentale « Mama Papa love me, at least that what they say ». Un hip-hop bien léché aussi bien posé sur des beats électro que sur de l’acoustique. A suivre de très près…

Otzeki, True Love, 2017

Le duo anglais composé des cousins Mike et Joel vient de sortir son deuxième EP intitulé « Sun is Rising« . Ensemble ils ont monté le projet Discophorus et proposent une musique sensuelle aux influences blues sur fond d’électro-rock. En fait, un groupe alternatif qui nous rappelle étrangement « Her » dont je vous ai parlé un peu plus haut dans ce Courant d’Air. Le groupe est reconnu pour ses prestations scéniques. Si vous aimez ce que vous entendez ici vous aller adorer leurs lives. Voici pour vous « True Love« .

Knox Fortune, Help Myself, 2017

Knox Fortune est un producteur aussi connu sous le nom de Kevin Rhomberg et vient de prendre son envol dans une aventure solo. Après avoir entrepris le travail de l’ombre en produisant des artistes indie hip-hop tels que Joey Purp et Vic Mensa, il est sorti de son anonymat pour son featuring sur le titre « All Night » interprété par le très bon « Chance The Rapper« . Oui vous retrouverez des influences hip-hop dans son opus mais c’est surtout un album garage-indie-rock bien ficelé, envoutant et touchant que l’on écoute aisément sans être tenté de passer un titre.

Futuro Pelo, Swamp, 2017

Encore une petite perle! Futuro Pelo c’est tout simplement Benjamin Sportès, membre incontesté du fameux « Sporto Kantès« . Suite à sa rencontre avec le label Pain Surprises et en collaboration avec le label Délicieuse Musique, il a décidé de se lancer dans un nouveau projet et de créer Futuro Pelo. Que dire… Si vous avez dansé comme moi sur les tubes de Sporto Kantès « Lee » ou encore « Whistle« , vous n’allez pas changer vos bonnes habitudes sur ce nouveau projet. Une petite bombe électro pop aux rythmes entraînants qui vous donnera beaucoup de plaisir. Vivement le premier album!

NB: L’image choisie pour ce Courant d’Air représente la mascotte de Futuro Pelo. Ce petit bonhomme aux lèvres plus que pulpeuses le suit partout.

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

Courant d’Air #1802

thunder-jackson

Thunder Jackson, Guilty Party, 2017

« What exactly is a Thunder Jackson? » demande une voix au tout début du titre « Guilty Party« . En effet, qui est Thunder Jackson? La photo du post ci-dessus illustre bien le désir d’anonymat de ce duo prometteur dont la rencontre s’est produite dans un taxi… Composé d’un chanteur-compositeur d’Oklahoma (USA) et d’un compositeur-producteur de Cardiff, le groupe vient de sortir son premier titre « Guilty Party« .  Leur électro-pop aux allures vintage rappelle le très bon Gnarls Barkley et vous fera très probablement danser dans votre voiture, sous la douche et pourquoi pas au boulot. On a vraiment hâte de voir leur premier album sortir de terre et de s’en mettre plein les oreilles, très fort de préférence!

Big Scary, Double Darkness, 2016

Ce groupe australien formé à Melbourne en 2006 compte déjà trois albums dont le dernier intitulé « Animal » est sorti en 2016. Le duo composé de Tom Iansek et Joanna Syme distille une pop alternative aux influences rock garage. Le groupe a signé sur le lablel Barsuk et leur deuxième album « Not Art » a notamment remporté le « 2014 Australian Music Prize ». Leur dernier album dégage un univers dark tout comme la pochette mais chaque titre s’inscrit dans un style différent. Hip-hop, pop, rock, indie, ballades… Faites votre choix!

Superorganism, Something For Your M.I.N.D, 2017

Vous connaissez peut-être déjà mais je voulais leur réserver une place dans ce courant d’air depuis des semaines. Le collectif de Superorganism comprend huit membres venus entre autres de Londres, du Japon, d’Australie et de Nouvelle Zélande. Depuis la sortie de leur titre « Something for Your M.I.N.D » en février dernier, le collectif connaît un franc succès. Bien mérité. Ce morceau a été produit à Londres par sept des huit membres puis envoyé outre-Atlantique à leur collaboratrice Japonaise, Orono (17 ans),  basée dans le Maine aux Etats-Unis. Orono a alors écrit les paroles puis apposé sa voix avant de renvoyer ce qui s’avère être une petite bombe à ses copains. Au-delà de l’originalité du style de Superorganism, on peut aussi noter le côté déjanté du clip produit par Robert Strange mettant en scène une baleine qui crache des bananes dans un décor de papier coupé-collé. A voir! Le collectif a signé sur le fameux label Domino Records et la sortie de leur premier album est attendue pour mars 2019.

Akari, Island Boy, 2017

Jordan Taylor aussi connu sous le nom de Akari vient de sortir un tout nouvel EP intitulé « Lazyboy« . Vous comprendrez mieux pourquoi à l’écoute. Le producteur New Yorkais a troqué son talent de beatmaker pour celui de chanteur-compositeur. Il pose sa voix caverneuse de crooner dans un style (lo-fi) hip-hop sur des beats lents (« Lazyboy », vous vous souvenez?) aux influences jazzy. Un sacré mélange me direz-vous. Oui. Mais c’est très efficace comme sur le titre « Island boy« .

Clayjay, Make Me Feel Güd, 2016

Prodige de la production hip-hop dès son plus jeune âge (14 ans), Clayjay saute le pas et vient de sortir son tout premier EP intitulé « Güd« . Clayjay a voulu que son empreinte soit plus large qu’un simple assemblage de beats impersonnels et a préparé une banque de sons organiques considérable  qu’il a transformée au format MIDI. Indépendant, Clayjay est le seul maître à bord tant sur la partie musicale que visuelle et marketing. Le jeune artiste de 20 ans me rappelle un certain Diplo et notamment sur le morceau « Come Over« … J’ai écouté son EP en boucle ces derniers mois et j’ai eu beaucoup de mal à choisir un titre pour vous. Je vous conseille fortement d’emporter sa galette avec vous lors de vos voyages en train ou pour vos soirées ambiancées. 

J.Bernardt, Wicked Streets, 2017

Co-fondateur et guitariste du groupe indie-pop Balthazar, Jinte Deprez s’offre un tour en solo avec la sortie de son premier album intitulé « Running Days » en 2017. Plutôt électro-pop, J.Bernardt nous livre un album tiroir où l’on retrouve également des notes soul, hip-hop ou bien encore orientale comme sur « The Question ».  C’est le genre d’album qui s’écoute de la première à la dernière chanson et on en redemande. Je vous propose ici son titre « Wicked Streets » qui a titillé mes oreilles et attisé ma curiosité.

 

 

 

 

 

 

Courant d’Air #1745

designklein-14811822Barns Courtney, Glitter & Gold, 2017.

L’artiste d’origine anglaise Barns Courtney nous délivre enfin sous tout premier album « The Attraction of Youth » après la sortie de son EP « The Dull Drums » en 2016. Sur un rock plutôt Folk aux allures Pop, la voix de Barns Courtney a déjà séduit lors des premières parties de Blur, The Libertines ou encore The Who. Son titre « Glitter & Gold » a été sélectionné dans la soundtrack du film « Gold » mettant notamment en scène Matthew McConaughey.

PWR BTTM, New Trick, 2017.

PWR BTTM prononcé « Power Bottom » est un groupe américain composé de Liv Bruce et de Ben Hopkins. Le groupe queer déjanté vient de sortir son deuxième album « Pageant » et nous propose encore un punk-rock bien ficelé. Sous les feux médiatiques en mai 2017 suite aux révélations d’une fan accusant un des membres du groupe d’abus sexuels, le duo a pratiquement tout perdu. Annulation de leur tournée, départs de certains membres, rupture de contrat avec leur label Polyvinyl Records… Le groupe dément ces accusations et tente de se remettre debout depuis.

Declan McKenna, Isombard, 2017.

Le jeune prodige anglais de 18 ans a beaucoup de potentiel. Il le prouve avec la sortie de son premier album « What Do You Think About The Car« . Ce nouvel opus inclut de nombreux titres qu’il a composés dès 14 ans. Declan McKenna fait preuve d’une grande maturité tout comme sa musique et ses textes engagés. Je vous laisse découvrir le titre Isombard qui tout comme moi je l’espère vous émoustillera les oreilles.

Bonzai, Where Are U Now, 2016

Bonzai est une artiste née dans l’Indiana et élevée à Dublin dans un univers musical teinté de jazz. A cela, vous rajoutez des influences hip-hop électro inspirées de Santigold ou encore M.I.A et vous obtenez Bonzai. Elle a tourné avec Mura Masa le célèbre DJ et producteur anglais qui a notamment collaboré avec A$AP Rocky. Du haut de ses 20 ans, Bonzai sort un EP intitulé « Sleepy Hungry » en 2016 et je vous propose d’écouter What Are U Know.

King Krule, Dum Surfer, 2017

On ne le présente plus et on ne l’arrête plus. Archy Marshall Aka King Krule continue de surfer sur la new wave mais il serait bien trop réducteur d’en rester là. Il vient de sortir son dernier album intitulé « The OOZ » en 2017 dans lequel on retrouvera surtout des ballades planantes. King Krule vous hypnotise avec sa voie grave et caverneuse et se permet aussi de s’essayer au hip-hop dans un morceau dark/trash intitulé « Dim Surfer« . Un petit bijou qui vous donnera un bon aperçu de l’atmosphère de l’album.

 

 

 

Interview de Wellbird.

wellbird2Si les 4 membres de Wellbird ne sont pas des bizuths, leur projet commun est lui par contre tout frais.

Dans un écrin pop, les compositions du groupe naviguent dans des sous-genres toujours proches mais bien distincts.

Pour décrire l’état d’esprit Wellbird, le plus simple est encore de transposer la description qu’ils font d’eux-même:

Faux super-groupe réunissant Sammy Decoster, Jim Paillard (Erevan Tusk) & Nicolas Puaux (Narrow Terence) sous la houlette d’Alex Viudès – opérant lui-même dans chacun des trois projets précités – WELLBIRD est avant tout une affaire d’instinct. Misant sur la bonne entente musicale et humaine pressentie de ce beau monde, ce dernier les réunit avec l’envie fougueuse d’enregistrer une bonne poignée de chansons reflétant ces quatre personnalités. Un projet « simple et rapide, à l’image de ces groupes que l’on montait en une nuit à l’adolescence ».

wellbird

Ayant très vite accroché à leurs compositions, j’ai lancé au groupe une invitation pour une petite interview. Invitation acceptée. Alex Viudès a donc sacrifié un peu de son temps pour Château d’Air. Un grand merci à lui. Et voici ce qu’il a à nous raconter:

  • Je vous laisse vous présenter, et me dire quelques mots sur le parcours de chacun (groupes précédents, instrument joué, …).

Commençons par les présentations. Il y a Jim Paillard au chant/guitare/basse/clavier, aussi chanteur leader d’Erevan Tusk entre autres puis Nicolas Puaux au chant/guitare/basse/clavier, un des deux frères Puaux du groupe Narrow Terence ensuite Sammy Decoster chant/guitare/basse/scie musicale qui officie aussi sous son nom et Valparaiso et enfin Alex Viudès chant/batterie/clavier, le catalyseur de l’équipe qui travaille avec toutes personnes en dehors de Wellbird.

  • Comment s’est faite votre rencontre, sachant que vous avez tous déjà un certain passif dans la musique?

C’est Alex (moi) qui a eu la bonne idée de créer cette rencontre, ahahah (Oui, je m’auto congratule…) Je connaissais tous ces gens depuis pas mal de temps, ayant effectué des tournées, enregistré des albums, j’étais sûr de créer un groupe aussi bien homogène artistiquement qu’humainement! Et ça a tout de suite pris. On était tous enchantés de jouer ensemble, ça allait très vite et on a très vite décidé d’aller enregistrer en studio.

  • Quand on écoute les morceaux, on a presque l’impression d’avoir affaire à plusieurs albums, tellement il y a d’univers différents (de la chanson française de Gris Métallisé ou Marteau au folk épuré de Temptation en passant par le rock de Soldier on the Ground ou la pop de Picture of a Picture). Le travail de composition se fait-il en groupe ou bien chacun apporte «ses chansons»?

Oui, à la base du projet j’avais présenté ça aux gars comme un laboratoire où chacun pouvait ressortir de vielles chansons laissées dans un coin de la tête ou de l’ordi donc des univers différents effectivement. Mais les chansons apportées étaient dans un stade embryonnaire, ensuite on s’est tous retrouvé en répète et on a commencé à mettre les choses en place. Au niveau de la réalisation et production de cet EP c’est moi qui ait tout dirigé en essayant de prendre le plus de recul possible, pas simple des fois quand on joue dans le groupe. Et c’est ce qui fait la force de ce groupe, les univers différents mais avec une ligne directrice, il y a quelque chose qui les relie et qui forme des liens très forts entre toutes ces chansons.

  • Vous n’avez pas peur de justement faire peur à l’auditeur en le déboussolant un peu avec cette variété de styles?

Alors là non pas du tout, et tout est marqué dans le titre si je puis dire ! «  Menu » ahahah…Non, on n’est pas non plus dans un EP qui mélange Ska, Metal Symphonic et musique trad du Kurdistan. On reste dans un format pop song, chanson qui est habillé un peu plus chaudement par-ci, moins par-là, tout dépend du climat qu’on a envie de mettre en place.

  • Le fait d’alterner des morceaux chantés en français et en anglais c’est le fruit du hasard ou bien une démarche qui associe volontairement le style musical au langage?

Même chose pour les langues employées. La langue reste un outil de communication pour faire passer un message par exemple, donner de émotions, mettre un décor… et je pense sincèrement que l’emploie de l’anglais à notre époque n’est plus trop un frein de compréhension car de plus en plus de personnes utilisent et parlent cette langue. Dans le groupe il y a des personnes bilingues, trilingues donc la maîtrise de l’anglais utilisé est là et bien maîtrisé même. On n’a pas non plus voulu se cantonner à une seule langue, dans Wellbird toutes les vannes sont ouvertes et ça fait du bien ! En montant ce groupe je savais pertinemment qu’il y aurait ces deux langues présentes dans les chansons. 

  • Vous précisez vous-mêmes dans votre description que Wellbird est « simple et rapide, à l’image de ces groupes que l’on montait en une nuit à l’adolescence ». Cela signifie-t-il que le projet est éphémère, ou bien y aura-t-il une (des) suite(s)?

On aime bien cette image d’ados qui montent leur groupe du jour au lendemain juste par envie de créer quelque chose ensemble, so 90’s quelque part. Et bien on est dans le même cas. On n’a pas réfléchi, après un dîner où j’avais réuni tout le monde (d’où le titre Menu peut être ?), on est tous parti en se disant qu’on allait monter un super groupe et qu’on allait créer des choses qui nous ressemblent en conservant un esprit de franche camaraderie. L’histoire commence ainsi et n’est toujours pas finie, des choses arrivent pour 2018…

Un grand merci, encore une fois, au groupe pour leur temps. Si vous voulez écouter leur EP, sorti au mois d’avril, c’est juste là (il est aussi possible de le commander en physique):

Leur page Facebook.

Stupeflip – « The Antidote »

stupeflip

5 ans après leur dernier album The Hypnoflip Invasion, Stupeflip revient avec un nouvel album. Ce dernier a été, une nouvelle fois, financé par une cagnotte participative qui a permis au groupe de lever plus de 400 000 euros par leur fan et garder ainsi leur indépendance. Cette somme va donc servir a enregistrer le nouvel album, réaliser des clips et organiser une flip party géante… En attendant mars et la sortie officielle du nouvel opus, on peut écouter  le premier morceau The Antidote.

Le lapin veut sa stup-dose
Prêt à mordre jusqu’au sang
Il utilise sa truffe rose pour aller gratter quelques sons
Et sa détale en sautillants toujours au bord de l’overdose
Comment bouffer du stup sans choper la myxomatose

La Femme : « Mystère »

La-femme

Après le succès mérité de l’album Psycho Tropical Berlin, le groupe français La Femme sort ce 2 septembre leurs deuxième album intitulé Mystère. On y retrouve tout l’univers foisonnant du groupe avec, en prime, des accents psychédéliques. On vous propose donc d’écouter les 2 single Ou va le monde? et Sphynx, et en cette période de rentrée le titre Septembre.