Courant d’Air #1738

designklein-14811822Alvvays, Antisocialites, 2017.

Superbe deuxième album pour les ouest-canadiens qui arrivent à mélanger leur son propre aux sonorités et à la nonchalance de la pop anglaises de leurs illustres prédécesseurs tels que les Raincoats ou Heavenly. @alvvaysband

The National, Sleep Well Beast, 2017.

C’est un peu la grosse cote de l’année. Attendu depuis 4 ans (sortie de Trouble Will Find Me en 2013), Sleep Well Beast confirme la qualité d’écriture du groupe. Aucune baisse de niveau dans les compositions, l’émotion est au rendez-vous. @TheNational

Joywave, Content, 2017.

Le groupe de New-York réussit sur son deuxième album à réunir le spleen lancinant de Radiohead et le post-disco sautillant des Two Door Cinema Club. Et oui, cela va bien ensemble. @joywavemusic

Nassau, Heron, 2017.

Le genre d’album qui se laisse écouter, la tête vers le ciel, limite dans les nuages. 

Violet Youth, Primary Nature, 2017.

Premier EP prometteur pour le quatuor anglais. Rien de fondamentalement original dans le son, mais de très jolies compositions, et des mélodies qui restent en tête. @VioletYouth_

 

Publicités

Courant d’Air #1737

designklein-14811822Fangclub, Fangclub, 2017.

Nirvana a encore des rejetons un peu partout dans le monde. En Irlande par exemple, d’où sont originaires les Fangclub. Leurs changements de rythmes et de vitesses sont assez bien menés pour capter l’auditeur et le garder jusqu’au bout du disque. @Fangclubband

Fufanu, Sports, 2017.

Débarqués d’Islande, le duo Fufanu (composé des jumeaux Einarsson) propose sur son second LP une rencontre éléctro-rock sombre et percutante qui titille aussi bien le côté dansant que le l’introspectif. @Fufanumusic

Daughter, Music From Before The Storm, 2017.

Un must have de la rentrée (et même probablement de l’année). Lyrique, puissant et profond. @ohdaughter

Gold Class, Drum, 2017.

Second long format pour le groupe australien qui a légèrement revu sa formation depuis. Une rythmique nerveuse, des mélodies poignantes, une voix qui navigue entre celles de Ian Curtis et Morrissey et on comprend aisément que la mayonnaise prenne. @goldclassband

Mogwaï, Every Country’s Sun, 2017.

Même formule, même émotion. Décidément très forts ces écossais. On peut encore compter sur eux, et se lancer dans l’écoute de Every Country’s Sun les yeux fermés. @mogwaiband

 

Courant d’Air #1736

designklein-14811822Petite playlist spéciale des « anciens de la Route du Rock » comme on est encore un peu dedans et que plusieurs albums d’artistes déjà programmés sortent en ce moment.

The War On Drugs, A Deeper Understanding, 2017.

Tous les ans, on cherche l’album qui va « Prolonging The Magic (Cake, 1998) », celui qui va faire durer l’été un peu plus que prévu. Pour 2017, c’est bon, c’est trouvé. The War On Drugs, avec une batterie un peu plus présente que sur le dernier album, réussi à produire la sonorité idéale pour les barbecues et les soirées de septembre. Pop, léger, mais entrainant. @TheWarOnDrugs

Naomi Punk, Yellow, 2017.

Voyage dans l’Allemagne des années 70. Un son métallique, déglingué, un chant qui passe presque inaperçu. Dépaysement garanti.

The Districts, Popular Manipulations, 2017.

Album plus sombre que le précédent, moins dansant. Mais le son gagne en assurance, en consistance. On se rapproche sur certains morceaux d’Interpol. On sent que le groupe prend du galon, tant mieux. @TheDistrictsPa

Widowspeak, Expect The Best, 2017.

Belle surprise que ce Expect The Best. J’avais laissé Widowspeak sur une bonne note, mais sans un enthousiasme particulier. Là les mélodies et surtout la voix de Molly Hamilton vont clairement faire plus qu’un petit tour sur la platine. @widowspeaking

Oh Sees, Orc, 2017.

C’est toujours brouillon, limite audible et intelligible, mais leur performance à la Route du Rock m’oblige à revoir mon avis. Je me replonge donc dans leur abondante discographie, histoire de voir à côté de quoi je suis passé.@TheeOhSees

Courant d’Air #1729

designklein-14811822Waxahatchee, Out In The Storm, 2017.

Gros coup de cœur pour l’album de Katie Crutchfield qui est aux manettes du groupe. Mélodies entêtantes et sonorités légères s’associent pour un disque vraiment  digeste qui peut s’écouter plusieurs fois de suite sans risquer l’overdose. @k_crutchfield

Kaitlyn Aurelia Smith, EARS, 2016.

Attention au décollage! Départ imminent pour une musique hautement planant et conceptuelle. On lâche prise et on se laisse partir… @kaitlynaurelia

The Stevens, Good, 2017.

Un son bien gras sur des mélodies désinvoltes. C’est la formule des australiens The Stevens sur leurs second LP et ça fait mouche. @Stevensband

We Are Monroe, White Lights, 2017.

Deuxième album pour les canadiens de We Are Monroe.  Décidément, la scène montréalaise se porte à merveille. Un son qui n’est pas sans rappeler le premier album de The Killers, tant par la rapidité d’exécution que par la touche synthétique. @wearemonroe

Courant d’Air #1728

designklein-14811822Mo Kenney, Mo Kenney, 2012.

Vous êtes dans votre appartement, avec vue sur Central Park. Il neige. Vous attaquez votre chocolat chaud. Derrière vous, une bande son. C’est l’album de Mo Kenney. Canadienne, mais qui sonne terriblement new-yorkaise. @Mo_kenney

Suzy & Los Quattro, Faster & Louder!, 2017.

Joli exercice, tantôt punk / power pop, tantôt plus assagi. L’alternance des chants masculins et féminins est parfaitement maitrisée et donne un cachet très personnel aux morceaux. @suzylosquattro

King Gizzard & The Lizard Wizard, Murder Of The Universe, 2017.

Deuxième album de l’année pour les King Gizzard (qui en prévoient 5 si j’ai bien compris). A peine moins inspiré que son prédécesseur, Murder Of The Universe ne se présente pas forcément en nouvel album, mais plutôt en suite logique. @kinggizzardband

Algiers, The Underside Of power, 2017.

En électronisant les rythmiques par rapport au premier album éponyme parut en 2015, le groupe acquiert encore plus de consistance et réussissent l’exercice du passage au second album haut la main. @AlgiersMusic

Black Lips, Satan’s Graffiti Or God’s Art?, 2017.

Album plus structuré (dans la mesure du possible) que les précédents, c’est une petite révolution que nous proposent les Black Lips. Ils gagnent en clarté ce qu’ils perdent en spontanéité. @TheBlackLips

Courant d’Air #1726

designklein-14811822The Drums, Abysmal Thoughts, 2017.

Album touche-à-tout mais homogène. Bourré de belles mélodies arrangées à plein de sauces différentes. Vraiment agréable de A à Z. @thedrumsforever

Milk Teeth, Vile Child, 2016.

Une énergie débordante et une alternance entre un chant féminin tout en subtilité et un chant masculin que l’on peut définitivement qualifier de bourrin. un son original donc, qui sonne d’ailleurs bien américain pour un groupe britannique. @MILKTEETHPUNX

The Mountain Goats, Goths, 2017.

Un album qui commence comme une annonce de fin du monde. L’ambiance se détend ensuite clairement et laisse place à une pop aérienne et toujours mélancolique. @mountain_goats

Kevin Morby, City Music, 2017.

Difficile de faire mieux que l’an dernier (où Kevin Morby avait sorti le meilleur album selon moi). Mais City Music regorge une nouvelle fois de perles pop @kevinmorby