Courant d’Air #1720

designklein-14811822The Black Angels, Death Song, 2017.

Toujours fort plaisant de se plonger dans un album des Black Angels. Voyage spirituel garanti! @theblackangels

Black Honey, Somebody Better / Cadillac EP, 2017.

Les Black Honey jouent habilement du clair / obscur sur leurs morceaux, passant en quelques mesures du noir et puissant au léger et joyeux. @BLACKHONEYUK

Cold Pumas, The Hanging Valley, 2016.

Bien dans l’esprit cold wave, guitares saturées, torturées, et voix caverneuse. Sans pour autant tomber dans la propre parodie. @ColdPumas

Maxïmo Park, Risk To Exist, 2017.

Les Maxïmo Park évoluent vers un son plus dansant, plus sautillant. Comme l’indique le titre de l’album, ils prennent des risques, payants à mon goût. @maximopark

Woods, Love Is Love, 2017.

Autant l’avant-dernier album des prolifiques Woods sorti en 2016 sentait un tout petit peu le réchauffé. Autant ce « Love Is Love » plaît d’entrée par ses sympathiques audaces, notamment la présence de cuivres qui permettent de nouvelles explorations. @WOODSIST

Karen Elson, Double Roses, 2017.

Plongée en aller simple dans la pop des années 90, ce disque va vous donner envie de ressortir vos vieux CDs de Heather Nova et consœurs. @KarenElson_

Mac DeMarco, This Old Dog, 2017.

‏Celui que l’on peut aisément qualifier de « mec le plus cool du monde » prouve encore qu’il est le compagnon idéal d’un moment de détente dans la journée (soirée, nuit, … ).  @Msldemarco

Courant d’Air #1718

 

designklein-14811822Timber Timbre, Sincerely, Futur Pollution. 2017.

album tout en finesse et en classe. Les Timber Timbre frappent un grand coup en trouvant le juste équilibre entre l’électro et la musique « traditionnelle ». @Timber_Timbre

Father John Misty, Total Entertainment Forever, 2017.

Superbe collection de tubes pour Father John. En mettant un poil plus de pêche dans ses compositions, il réussi à donner un nouvel élan à sa déjà très belle musique. @fatherjohnmisty

The New Pornographers, Whiteout Conditions, 2017.

La power-pop comme elle devrait toujours être. Rapide, directe, efficace. @TheNewPornos

Future Islands, The Far Field, 2017.

Future Islands, c’est toujours un voyage un peu spécial. Dans un style difficile à décrire, on se laisse tout de même aller avec eux, la qualité étant forcément au rendez-vous. @futureislands

Boss Hog, Brood X, 2017.

Vous souhaitez sortir un peu des sentiers battus. Vous cherchez une musique à la rythmique irrégulière et au son de guitare pas vraiment propre. Boss Hog est pour vous. @BossHogBitches

Goldfrapp, Silver Eye, 2017.

Un son puissant qui prend bien au corps grâce à des beats bien calibrés. La voix d’Alison Goldfrapp fait le reste. @goldfrapp

Courant d’Air #1717

designklein-14811822

Hemming, Hemming, 2015.

Pas tout neuf, mais la splendide voix de cette chanteuse va sans aucun doute vous rester longtemps dans la tête. @hemmingmusic

Labradoor, Silence, 2016.

Plein de mélodies pop finement ficelées pour ce groupe londonien qui avec ses 3 singles en poche a déjà de très belles choses à proposer. @labradoormusic

Moonlandingz, Interplanetary Class Classics, 2017.

Tout le monde n’a pas l’air de tourner bien rond dans ce groupe. Assez foutraque de prime abord, leur musique s’avère bien plus méthodique au fur et à mesure des écoutes, tout en restant un sacré sac de styles. @themoonlandingz

Soulwax, From Deewee, 2017.

Retour en force après plus de 10 ans d’absence pour les belges de Soulwax. Leur mix électro-rock fait en tous cas toujours mouche et nous promet de folles heures sur le dancefloor. @soulwax

Artichoke Heart Soufflé, Treble And Bass, 2013.

Encore une petite séance de rattrapage avec une sortie qui a déjà 4 ans. Groupe composé d’un frère et d’une sœur à la naïveté assumée. Plein de la-la-las et d’amour partout.

Findlay, Forgotten Pleasures, 2017.

Premier album pour Findlay qui propose une pop synthétique assez nerveuse, des fois à la limite de la dance. 

Courant d’Air #1713

designklein-14811822Spectres, Condition, 2017.

Album à peine assagit par rapport à Dying. Ils ont laissé le papier de verre qui leur servait à gratter leurs cordes pour utiliser leurs doigts directement. Un peu plus accessible donc. @wearespectres

Real Estate, In Mind, 2017.

Le groupe du New Jersey ne change pas de registre, mais réussit cette fois à proposer quelque chose de beaucoup moins effacé et discret qu’à l’accoutumé. Je préfère.@realestateband

Chilly Gonzales & Jarvis Cocker, Room 29, 2017.

Grande leçon de classe, version 2017. Les lignes de piano planantes de Chilly Gonzales et la voix toute en chanté / parlé de Jarvis Cocker se marient à merveille. @chillygonzales

Afternoons, Say Yes, 2014.

Pas vraiment une nouveauté, mais comme j’étais passé à côté je me rattrape. Afternoons, c’est un peu les 28 membres de I’m from Barcelona qui auraient fricoté avec les 7 de Arcade Fire. Alors oui, ça en fait du monde, mais le résultat est bien là. @AfternoonsMusic

Softer Still, Softer Still, 2016.

Dans la veine des Real Estate cités un peu plus haut. Pop légère et sans prise de tête, leur nouvel EP est d’ailleurs prévu pour bientôt. @softerstillband

Depeche Mode, Spirit, 2017.

Réussir à coller à son époque tout en restant fidèle à son style. c’est ce que font les Depeche Mode depuis 14 albums, quasiment sans faux pas.@depechemode

 

 

Courant d’Air #1712

designklein-14811822Yak, Alas Salvation, 2016.

L’énergie débordante proposée sur cet album risque de rendre sourdes les oreilles les moins aguerries.  Attention, il n’y aura pas de temps mort. @yak_band

Sleaford Mods, English Tapas, 2017.

Le concept Sleaford Mods est tellement unique que malheureusement, il avait jusqu’ici vite tendance à se mordre la queue. Sans pour autant renier leur style, les 2 compères ont pourtant réussi à injecter du sang neuf dans leurs compos et English Tapas perd la certaine redondance des autres albums (qui est leur seul défaut si on exclue l’emploi fictif caractérisé de Andrex Fearn sur scène -à voir absolument). Tant mieux! @sleafordmods

King Gizzard And The Lizard Wizard, Flying Microtonal Banana, 2017.

Écouter cet album, c’est l’assurance d’un bon repas complet. Sous une couche mystique, limite psychée, on ressort de là en ayant l’impression d’avoir écouté de tout. L’avantage, c’est que ce n’est pas proposé dans le registre vintage / hommage, mais bien comme une nouveauté qui a réussi à assimiler plusieurs styles. @kinggizzardband

Paradis, Recto Verso, 2016.

Paradis, c’est un gros coussin bien moelleux . Paroles douces et musique minimaliste mais très bien construite vous invitent à vous détendre. Clairement reposant. @paradisfm

Los Campesinos!, Sick Scenes, 2017.

J’étais resté sur une image plutôt déjantée et un son limite désordonné de Los Campesinos! Il faut croire qu’ils ont changé (ou bien que j’ai quelques lacunes) car cet album est un franc succès. Lorgnant tantôt vers le punk US, tantôt vers une pop extrêmement légère, les compositions de cet album sont toutes de vraies réussites. @LosCampesinos

 

Courant d’Air #1711

designklein-14811822Grandaddy, Last Place, 2017.

Des frissons. Voilà tout simplement ce qu’arrache le dernier Grandaddy à quelqu’un qui a mis le pied dans la musique à l’époque où le groupe sortait ses premiers disques. Pas besoin d’en dire plus. @Grandaddy

The Decemberists, The Crane Wife, 2016.

Pas vraiment une nouveauté, puisqu’il s’agit d’une réédition de la sortie de 2006. Mais c’est l’occasion de repasser un  fort bon moment à l’écoute de ce fort agréable album, agrémenté de plein de versions alternatives. @TheDecemberists

Novella, Change of State, 2017.

Novella fait la part belle à l’imaginaire sur ce disque. Outre une musique entêtante, de longues plages sans paroles sont proposées où chacun pourra se laisser bercer par des rythmiques où l’on se retrouve à dodeliner de la tête sans même s’en rendre compte. Un peu comme le fait TOY par exemple. @NOVELLA_NOVELLA

Temples, Volcano, 2017.

Suite somme toute logique du premier album sorti il y  a maintenant 4 ans. Temples ne révolutionne pas son style, loin de là, mais s’inscrit dans la continuité d’un déjà très bon travail. Si on a aimé le premier effort, aucune raison de se priver. @TemplesOfficial

Tim Darcy, Saturday Night, 2017.

Bien apaisé par rapport à son travail au sein de Ought, Tim Darcy prouve que l’on peut tout de même faire 2 chose bien différentes et les faire bien. Plus introspectif donc. @tim_darcy