Courant d’Air #1745

designklein-14811822Barns Courtney, Glitter & Gold, 2017.

L’artiste d’origine anglaise Barns Courtney nous délivre enfin sous tout premier album « The Attraction of Youth » après la sortie de son EP « The Dull Drums » en 2016. Sur un rock plutôt Folk aux allures Pop, la voix de Barns Courtney a déjà séduit lors des premières parties de Blur, The Libertines ou encore The Who. Son titre « Glitter & Gold » a été sélectionné dans la soundtrack du film « Gold » mettant notamment en scène Matthew McConaughey.

PWR BTTM, New Trick, 2017.

PWR BTTM prononcé « Power Bottom » est un groupe américain composé de Liv Bruce et de Ben Hopkins. Le groupe queer déjanté vient de sortir son deuxième album « Pageant » et nous propose encore un punk-rock bien ficelé. Sous les feux médiatiques en mai 2017 suite aux révélations d’une fan accusant un des membres du groupe d’abus sexuels, le duo a pratiquement tout perdu. Annulation de leur tournée, départs de certains membres, rupture de contrat avec leur label Polyvinyl Records… Le groupe dément ces accusations et tente de se remettre debout depuis.

Declan McKenna, Isombard, 2017.

Le jeune prodige anglais de 18 ans a beaucoup de potentiel. Il le prouve avec la sortie de son premier album « What Do You Think About The Car« . Ce nouvel opus inclut de nombreux titres qu’il a composés dès 14 ans. Declan McKenna fait preuve d’une grande maturité tout comme sa musique et ses textes engagés. Je vous laisse découvrir le titre Isombard qui tout comme moi je l’espère vous émoustillera les oreilles.

Bonzai, Where Are U Now, 2016

Bonzai est une artiste née dans l’Indiana et élevée à Dublin dans un univers musical teinté de jazz. A cela, vous rajoutez des influences hip-hop électro inspirées de Santigold ou encore M.I.A et vous obtenez Bonzai. Elle a tourné avec Mura Masa le célèbre DJ et producteur anglais qui a notamment collaboré avec A$AP Rocky. Du haut de ses 20 ans, Bonzai sort un EP intitulé « Sleepy Hungry » en 2016 et je vous propose d’écouter What Are U Know.

King Krule, Dum Surfer, 2017

On ne le présente plus et on ne l’arrête plus. Archy Marshall Aka King Krule continue de surfer sur la new wave mais il serait bien trop réducteur d’en rester là. Il vient de sortir son dernier album intitulé « The OOZ » en 2017 dans lequel on retrouvera surtout des ballades planantes. King Krule vous hypnotise avec sa voie grave et caverneuse et se permet aussi de s’essayer au hip-hop dans un morceau dark/trash intitulé « Dim Surfer« . Un petit bijou qui vous donnera un bon aperçu de l’atmosphère de l’album.

 

 

 

Publicités

Courant d’Air #1744

designklein-14811822Beck, Colors, 2017.

Avec Beck, on est habitué aux changements de style entre chaque album. Colors ne déroge pas à la règle. Il faudra cependant un peu de temps pour se faire au tout nouveau décor du successeur de l’excellent Morning Phase. Le son est clairement éléctr(on)isé, voire funky, mais les mélodies deviennent vite prenantes, si on leur laisse leur chance. @beck

William Patrick Corgan, Ogilala, 2017.

L’ex-Smashing Pumpkins a tranché dans le vif pour cet album. Après l’échec de son premier effort solo en 2005, il revient en reprenant son patronyme officiel, et en changeant radicalement de style. En n’utilisant quasiment que le piano et la guitare, Billy Corgan offre une musique intimiste, qui sonne presque live. Une sorte de musique de chambre moderne, jouée directement à domicile. J’aimais beaucoup Billy, William Patrick commence lui aussi à sérieusement me plaire. @Billy

Courtney Barnett & Kurt Vile, Lotta Sea Lice, 2017.

La grosse affiche indé de cette fin d’année. Kurt et Courtney, acte 2. Si leur rencontre, sur le papier, a tout du coup marketing, il faut reconnaitre que l’album est une réussite. Retour aux origines du rock pour les deux têtes d’affiche qui auront pu mettre en commun tout ce qu’elles savent faire de mieux. @courtneymelba @therealkurtvile

The Luxembourg Signal, Blue Field, 2017.

Superbe album de pop planante pour le second LP des britannico-etats-uniens. Le groupe fondé par d’anciens membres de Field Mice et d’Aberdeen réunit tous les ingrédients pour que la mayonnaise prenne. @LuxSignal

Courant d’Air #1742

designklein-14811822Lali Puna, Two Windows, 2017.

Ambiance lourde et mystérieuse, tout en conservant un fond musical assez minimaliste. Joli coup réussi par les allemands qui n’avaient pas publié d’album depuis 2010. @lalipuna_

Sparks, Hippopotampus, 2017.

Les années ont du mal à prendre sur les Sparks, qui montrent que 45 ans (!) après leur premier album ils sont toujours créatifs en pleins d’envie. @sparksofficial

The Magnetic North, Prospect Of Skelmersdale, 2016.

Avec un nom comme le leur, on s’attend plutôt à de la musique calme, raffinée, et qui s’écoute tranquillement dans un bon fauteuil moelleux. C’est exactement ça. @magneticgonorth

Liam Gallagher, As You Were, 2017.

Premier album sous son propre nom pour l’ex Oasis. Sans aide, ou presque, le petit frère Gallagher démontre qu’il sait se promener sans souci entre belles ballades et morceaux plus rock. @liamgallagher

Metz, Strange Peace, 2017.

Pas de paix ici, du moins pour les oreilles. Les Metz ont clairement choisi leur camp et distillent un grunge / garage assez lourd et gras, mais loin d’être monotone. @METZtheband

 

Courant d’Air #1741

designklein-14811822Reptaliens, FM-2030, 2017.

Premier album pour le couple Browing. Originaire de Portland, le groupe s’inscrit dans une démarche plutôt « cool » qui n’est pas sans rappeler un certain Mac DeMarco. @reptaliensband

Girls In Hawaii, Nocturne, 2017.

Rythmiquement, le groupe prend quelques risques, et cela paye. L’exaltation véhiculée par leurs morceaux est intacte, en grande partie grâce aux voix toujours tendues et chargées. @gihband

Starsailor, All This Life, 2017.

Pour résumer simplement l’album, on peut dire que c’est l’émotion par la simplicité. @Starsailorband

Protomartyr, Relatives In Descent, 2017.

Sauvage et maitrisé, ce nouvel album de Protomartyr démontre qu’ils sont clairement le haut du panier post-punk. Les musiciens concoctent ici le mélange, savant, entre la violence et la mélodie.

Pale Seas, Stragazing For Beginners, 2017.

Un son typiquement britannique pour le premier album des natifs de Southampton. Les fantômes de la période britpop se réveillent pour notre plus grand plaisir. @paleseas

 

Courant d’Air #1740

designklein-14811822Angus And Julia Stone, Snow, 2017.

Quatrième album  en commun pour la fratrie australienne. Les deux voix sont tout bonnement magnifiques, et les mélodies qui les emballent sont d’une douceur qui colle vraiment aux timbres. Effet flocon de neige garanti. @angusjuliastone

The Clentele, Music For The Age Of Miracles, 2017.

Le son d’automne parfait. Toutes les mélodies sentent bon les feuilles mortes et les pulls en laine. Pas à proprement un album-concept, mais un album bien de saison. @theclientele

Cigarettes After Sex, Cigarettes After Sex, 2017.

Après un premier 11 titres autoproduit sorti il y a maintenant 6 ans et uniquement en mp3, le combo revient avec cette fois ci un disque en physique. Pop ambiante et planante au rendez-vous. @CigsAfterSexx

Tinariwen, Elwan, 2017.

Le plus fameux groupe saharien remet le couvert en 2017 avec Elwan. Moi qui suis assez hermétique aux musiques traditionnelles, je dois avouer que je me suis laissé emporter sans problème dans cette fusion rock / touareg.@TINARIWEN

The Horrors, V, 2017.

Un des meilleurs disques de la rentrée. Le curseur idéalement placé entre rock agressif, et éléctro lancinante. @horrorsofficial

Courant d’Air #1738

designklein-14811822Alvvays, Antisocialites, 2017.

Superbe deuxième album pour les ouest-canadiens qui arrivent à mélanger leur son propre aux sonorités et à la nonchalance de la pop anglaises de leurs illustres prédécesseurs tels que les Raincoats ou Heavenly. @alvvaysband

The National, Sleep Well Beast, 2017.

C’est un peu la grosse cote de l’année. Attendu depuis 4 ans (sortie de Trouble Will Find Me en 2013), Sleep Well Beast confirme la qualité d’écriture du groupe. Aucune baisse de niveau dans les compositions, l’émotion est au rendez-vous. @TheNational

Joywave, Content, 2017.

Le groupe de New-York réussit sur son deuxième album à réunir le spleen lancinant de Radiohead et le post-disco sautillant des Two Door Cinema Club. Et oui, cela va bien ensemble. @joywavemusic

Nassau, Heron, 2017.

Le genre d’album qui se laisse écouter, la tête vers le ciel, limite dans les nuages. 

Violet Youth, Primary Nature, 2017.

Premier EP prometteur pour le quatuor anglais. Rien de fondamentalement original dans le son, mais de très jolies compositions, et des mélodies qui restent en tête. @VioletYouth_