Route du Rock 2017, les photos.

De retour du pèlerinage à St-Malo, l’équipe de Château d’air est en train de vous concocter un débriefing aux petits oignons.

En attendant d’avoir couché nos (mémorables) souvenirs sur écran, un petit récapitulatif en photos s’impose.

Alors attention, photographe c’est un vrai métier, merci donc de respecter l’amateurisme de votre dévoué journaliste.

VENDREDI 18

 SAMEDI 19

DIMANCHE 20

AMBIANCES

Best Of de la rédaction

bestof2016

Parce qu’un Best Of 2016 se doit de voir mourir l’année afin d’être le plus exhaustif possible (et accessoirement parce que les auteurs sont aussi pris par d’autres obligations plus terre-à-terre), voici ce que nous considérons comme le meilleur de cette année écoulée.

THOMAS G.

Jamie T – Trick

Le britannique né à Wimbledon en 1986 nous propose ici son dernier album nommé « Trick «  pour ses 30 ans. Un condensé du talent de Jamie T, un mélange de rock, de pop et de hip-hop. Le tout s’enchaîne à merveille et s’écoute sans modération. C’est avec difficulté qu’il a fallu choisir un titre pour éveiller votre curiosité mais je vous propose donc de découvrir « Drone Strike ».

Kate Tempest – Let Them Eat Chaos

Découverte des transmusicales de Rennes 2014, Kate Tempest nous livre son troisième album intitulé « Let Them Eat Chaos ». La britannique âgée de 31 ans propose un hip-hop engagé et poétique traitant des déviances de notre société actuelle en s’appuyant sur ses qualités de slameuse et son accent So British. Voici pour vous « Ketamine For Breakfast ».

Larry Gus – I Need New Eyes

Le phénomène grec de 33 ans sort son dernier album intitulé « I Need New Eyes » fin 2015 mais j’ai tout de même souhaité l’inclure dans cette playlist. A l’origine informaticien et passionné par les algorithmes, Larry Gus est le seul maître à bord et coupe, colle, assemble des bouts de musiques pour délivrer une pop aux influences ethniques. Son talent lui a valu une place au chaud sur le label DFA Records. Je vous laisse juger par vous-même avec en écoutant « Set Of Replies ».

Lewis Del Mar – Lewis Del Mar

Duo tout droit sorti de New York, voici le premier album éponyme de Lewis Del Mar. Composé de Danny Miller à la guitare et au chant et de Max Harwood à la batterie et également producteur du groupe, leur style indie-pop-folk nous rappelle le talentueux Alt-J. Voici donc pour vos oreilles « Loud(y) ».

Baby Strange : Originaire de Glasgow, le trio de Baby Strange s’est formé en 2012 et sort son tout premier EP intitulé « Want It Need It ». Leur rock garage aux influences pop punk leur ont permis de jouer les premières parties aux côtés de Slaves et de Palma Violets. La preuve en est, voici pour vous le titre « Pleasure City ».

RODRIGUE M.

Fat White FamilySong For Our Mothers

Après l’abrasif Champagne Holocaust, les membres de Fat White Family ont confirmé tout le bien que je pensais d’eux dans Songs For Our Mothers, que l’on peut écouter en boucle. Un album en opposition, plus posé, hypnotique voir mélodique et bien sûr provocateur : «Songs For Our Mothers est une invitation, envoyée par détresse à danser sur le rythme de la haine humaine… ».  

PJ HarveyThe Hope Six Demolition Poject

Cinq ans après le superbe Let’s England Shake, PJ Harvey nous a donc offert un 9ème album. Pour The Hope Six Demolition Poject, Polly Jean Harvey a couru le monde pour livrer un album politiquement engagé. Le nom lui fut inspiré après son voyage à Washington où le projet « Hope VI » visant à démolir des taudis situés en zones d’extrême pauvreté, avec l’impossibilité pour les résidents de se reloger dans des logements rendus trop chers…« They’re going to build a Walmart here », le premier refrain de l’album donne le ton de cet opus.

La Femme Mystère

Tout a pu être dit sur ce groupe tant leur album était attendu… En tout cas, pour leur retour La Femme n’a pas déçu, bien au contraire, ils ont confirmé en étant toujours aussi créatif. Un album riche et interprété avec panache en live!

Hinds Leave Me Alone

Deux guitares, une basse et une batterie au service d’un quartet féminin plein de fougue, qui avait séduit le public de La Route du Rock et du Pitchfork 2015. Premier album sorti donc début 2016 sur Burger Records, pour ses madrilènes qui incarne la nouvelle génération garage espagnole. Un vent de fraicheur.

SuunsHold/Still

Les 4 canadiens de Suuns continuent de repousser les limites de leurs univers musical avec un 3ème album en 10 ans d’existence. Mélodieux et puissant, Hold/Still (se tenir / tranquille) nous entraine dans un voyage particulier accompagné de guitares saturées, de rythmiques et voix hypnotiques formant un ensemble homogène et mélodieux !

PIERRE-YVES G.

Kevin Morby – Singing Saw

Avril 2016. Kevin Morby a déjà tué le jeu en sortant Singing Saw. Excellent album, qui prend encore plus de force sur scène. Des mélodies imparables, et une osmose chant / musique indéniable. Longue vie à Kevin Morby!

La Femme – Mystère

Difficilement classable dans une catégorie bien précise, la musique du nouvel album de La Femme continue à nous faire voyager dans le méandre de leurs influences. Une continuité certaine avec le travail précédent (normal, puisque certains morceaux sont même antérieurs à la sortie de Psycho Tropical Berlin) qui élève encore un peu plus le groupe.

Teleman – Brilliant Sanity

Second opus pour le groupe britannique. Découvert cette année pour ma part, j’ai donc eu la chance de me plonger dans leur discographie, naissante mais entêtante.

The Radio Dept. – Running Out Of Love

4ème album des suédois, que je découvre sur le tard encore une fois. Leur univers froid et mélodieux m’a tout de suite plu, accrocheur et sophistiqué.

Dinosaur Jr. – Give A Glimpse of What Yer Not

Toujours en pleine forme, Jay Mascis et sa bande arrivent encore à surprendre après 11 albums et un break de presque 10 ans entre 97 et 2006. On retrouve ici ce qui a fait leur succès, et pourtant chaque morceau reste une découverte.

MATHIEU L.

Eartheater – Metalepsis

Babyfather – BBF Hosted By DJ Escrow

Kedr Livanskiy – January Sun

Miike Snow – III

Agar Agar – Cardan EP

Et pour apprécier pleinement, voici la playlist youtube qui associe le son ET l’image!

Petit Biscuit : nouveau talent de l’électro française

petit-biscuitA 16 ans Petit Biscuit, alias Mehdi Benjelloun, représente un certain renouveau de l’électro française, en compagnie entre autres de Fakear, Thylacine et Superpoze. Ce jeune Rouennais a su profiter du succès de son titre Sunset Lover (plus de 12 millions de vues sur youtube) pour enchainer les performances lives ce printemps et cet été. Vous avez pu éventuellement découvrir son premier EP (autoproduit) sortie en mai 2016 au Printemps de Bourges, au Montreux Jazz festival ou encore aux Vieilles Charrues.

De formation classique, violoncelliste à 5 ans, Petit Biscuit a enchainé par le piano, la guitare et le solfège avant de se tourner vers la musique électronique depuis sa chambre avec son ordinateur. S’inspirant d’influence diverse (de Chopin à Flume en passant par The XX), Petit Biscuit définit sa musique comme un mélange d’électronique et d’analogique à partir d’une composition suivant différents schémas : « Je peux partir d’une inspiration visuelle, sonore ou d’un souvenir. Ce n’est pas toujours très précis mais c’est souvent quelque chose de visuel. L’image et la musique vont très bien ensemble. Il faut un peu de mélancolie mais qu’elle soit toujours nuancée. » Le résultat est vraiment intéressant et on se retrouve plongé dans son univers à la fois envoutant et dynamique au fur et à mesure de réels compositions. De mon point de vue, le morceau Jungle est le plus abouti et vient en point d’orgue de cet EP prometteur. En attendant la sortie de son album, je vous propose donc de découvrir les 5 titres (Sunset Lover, Jungle, Once Again, Iceland, Full Moon), composant l’EP de ce jeune talent à suivre.

 

Cure de jouvence avec The Districts

The-Districts

The Districts ou quatre jeunes américains ne dépassant pas vingt ans nous déboulent tout droit d’un petit village de Pennsylvanie (Lilitz et ses 10 000 âmes). A l’instar de quelques groupes, ils se connaissent depuis l’enfance et l’alchimie musicale semble s’être donc faite toute naturellement.

Au-delà de leur âge, ce qui impressionne chez eux, c’est l’élégance et leur maîtrise personnelle du blues, rock et du folk made in america. Ils démarrent avec un album auto-produit, puis sont élus meilleur groupe au festival South by Southwest. Dès lors, ils se retrouvent avec de nombreuses maisons de disques prêtent à les signer. Ils choisissent alors le label Fat Possum (The Black Keys, Youth Lagoon…) qui leur permettra  de travailler avec le producteur John Congleton. Emmené par leur chanteur Rob Grote, leur album « A Flourish and a Spoil », sorti en février 2015, nous délivre une énergie redoutable!

Probable révélation de 2015, je vous invite donc à écouter les deux premiers morceaux de leur album à savoir «4th And Roebling », « Peaches » qui vous donneront surement envie d’aller plus loin!


 

Cosmo Sheldrake, au service de la musique

Cosmo Sheldrake

Cosmo Sheldrake est son vrai nom. Il est anglais et basé à Londres. Du haut des ses 24 ans, ce multi-instrumentiste, producteur, compositeur et improvisateur peaufine un univers musical personnel et remarquable.

Cosmo Sheldrake adore les expérimentations musicales. Banjo, machines, basse, batterie, accordéon, clavier, pipeau, sousaphone sont ses instruments de prédilection mais le monsieur aime aussi le beatbox et les improvisations (il a même fait un petit stage auprès de Bobby Mc Ferrin).
Un rien ne l’inspire… Il s’amuse ainsi à sampler le son du soleil (« Solar »), à reprendre un poème de William Blake (« The Fly ») où encore à placer des prises de sons diverses et variées. Ces chansons portent sur des sujets divers et ne ressemblent pas à rien de connu mais elles n’en sont pas moins accessibles et prenantes. Il y a un coté aérien dans chacune d’elles. Il en ressort un univers musical riche en détails,plein de loops et qui porte indéniablement sa patte. C’est en quelque sorte une invitation à voyager, une ode à la curiosité et au non-sens.

Complètement passionné par la musique, il compose également pour des pièces de théâtre et des films et donne des cours de musique. Il a dirigé une chorale et on peut également le regarder faire une présentation au TEDx de Londres en 2013.
Il fait aussi parti du groupe Gentle Mystics et a également participé aux tournées de groupes tels que Johnny Flynn and the Sussex Wit, Mutual Benefit, Bombay Bycle Club et Sylvan Esso.

Cosmo Sheldrake a signé fin 2014 avec Transgressive Records et son 1er Ep « Pelican We » avec ce label doit sortir le 06 avril prochain.







BONUS

Mais d’ou venez-vous Talmud Beach?

talmud-beach

A la première écoute de Talmud Beach, une des premières questions que l’on peut se poser, c’est d’où vient ce groupe de blues américain… Que nenni, pas américain, le groupe, composé de trois barbus (encore), vient tout droit de Finlande et s’inscrit comme les successeurs du groupe finlandais 22 Pisterpirkko.

En novembre 2013, le trio composé de (Mikko Siltanen, Petri Alanko, Aleksi Lukander) a sorti leur premier album éponyme logiquement chez Bone Voyage Recording (label crée par les membres de 22 Pisterpirkko). Un premier album qui parle avec l’esprit du blues mais avec leur propre approche : un blues psychedelic basée sur des rythmes kraut acoustiques accompagné d’une pointe d’humour. « I sold my hair to the devil / the devil gave me the blues / so I don’t need to use that shampoo anymore »  entonne le chanteur sur Sold My Hair, assumant sa calvitie bien avancée…

Pas besoin d’être fan de blues pour aimer Talmud Beach et même que, peut être, leur musique enthousiasmante pourrait être une révélation pour les véritables fans…En écoute, je vous propose quatre extraits : Hoba Don’t Mind a Little Rain, Drinkin Kilju, Sold My Hair ainsi que le clip de Time On Highway 5. Enjoy!