Dans l’univers musical de Twin Peaks The Return

La saison 3 de Twin Peaks nous réserve de nombreuses surprises. Outre, le fait que la série de David Lynch et Mark Frost reste un OVNI visuel et cinématographique, mélangeant violence, folie, surnaturel, poésie, combat entre le bien et le mal, elle est également d’une grande richesse musicale. Sur les 18 épisodes de la dernière saison, on retrouve le thème d’ouverture d’Angelo Badalamenti et les différentes ambiances (jazzy, expérimentale) conçues par le cinéaste et son compère. De plus, à ses cotés depuis plus de 10 ans, le designer sonore, Dean Huley, s’occupe d’habiller la série de nappes sonores à la frontière entre bruitage et musique, donnant ainsi vie à un grondement, un souffle ou encore à l’électricité. Cerise sur le gâteau, la majorité des épisodes voit se produire un groupe dans le cadre d’un concert au Bang Bang Bar, autant d’occasions pour Lynch de faire la lumière sur des artistes qu’il affectionne tout particulièrement. Deux BO sont désormais disponibles, l’une recueillant l’univers de la série, l’autre dédiée à la scène du Bang Bang Bar à laquelle s’ajoute un recueil des sons de Dean Hurley (Anthology Resources, Vol. 1). La série ne manquera pas de faire débat entre pro-contre-déçus, pour ma part, je vous propose de « marcher avec le feu »  grâce à cette petite sélection de morceaux d’une œuvre unique à mes yeux…

ChromaticsShadow

Nine Inch Nails She’s gone away

Dave BrubeckTake five

Sav AbinitioI’m a good man

TroubleSnake eyes

Au revoir SimoneLark

Bonus : Angelo Badalamenti et David Lynch : Twin Peaks Love Theme

Publicités

Rencontre avec des lapins de Stupeflip

Le 16 septembre dernier, Stupeflip donnait rendez-vous à ses lapins pour une Flip Party. En vue d’un 4ème album, le groupe a lancé une campagne de crowdfunding qui a réuni 10 fois plus de fond qu’espéré ; de quoi boucler leur projet et réunir tous les fans confédérés dans un immense hangar de 3 200 m² des docks Pullman au Nord de Paris, aménagé pour l’occasion à la « Stup ».

Ambiance. Entre les murs recouverts d’écrans projetant tantôt un fragment de concert, tantôt des artworks de Stupeflip, une soirée non-stop musical : premier concert de Pogo Car Crash Control (très bien d’ailleurs), puis DJ set à la playlist variée mixant du Stup -entre autres-, le tout relevé d’apparition épisodique de Stupeflip sur scène, d’un défilé d’hommes en noir sur La Religion du Stup… L’ensemble dans une ambiance de communion joyeuse des adeptes en transe, un peu surnaturel mais très bon enfant, où les membres assumés du C.R.O.U n’ont pas lésiné sur les déguisements et autres signes de reconnaissance (t-shirt, masque, oreilles de lapin, lapin, titi, argémiones, casimir …). Un moment vraiment top!

Rencontre avec quelques lapins de Stupeflip a qui on a demandé patte blanche : T’es qui? T’es d’où et t’as mis combien de temps pour venir? Pourquoi t’es là? Une chanson? Et sinon stup, tu les suis depuis quand?

PS : vous trouverez en fin d’article des liens photos/vidéos de cette soirée/concert/fête/festival…

PS2 : petite dédicace à Thomas et son cousin

Lapin 1
Vosges en 5 heure
Pour rien
Rien

Marjolaine
Essone, 1h45 quand même
Copine fan et peer to peer c’est moins marrant
Ce petit blouson en daim

Berar et Torgnole
Toulouse et Bretagne
Pour la Flip et pour lui
Die Shit et Menuiserie

Jeff
Breton vivant à Bruxelles
Devine?
Stupeflip 1er album
Depuis 2004/2005

Pierre
Brest
Pour des lapins
Juste les voirs

Cousin (19 ans – Marius)
Reims en 1h
Pour faire la queue et rentrer chez moi
Du Stup et pas le reste, bah oui
4-5 ans

Thomas (29 ans)
Nancy, 1h45 c’est rigolo
Pour la Flip Party
Le spline des petits (live à Nancy)
Le 2ème album (2004 – 2005)

Loïc/Gaétan/Philippe
Alsace; voiture 5h30
Pour faire la fête/je suis le crou/un devoir en tant que lapin
Tout car on est des lapins
15 ans

Sébastien
Paris 20 minutes
Pour la fête
Je suis bouré mais elles sont parfaites
5 ans

Jules 20 ans
Savoie
Parce que c’est le Flip… J’ai vu la place et j’ai pas pu résister
Toutes et Terrora
5 ans

Alix, 34 ans
Brest 4h
Parce que je suis fan de stup
Tout du stup
2005

Michel
Paris 1/2 heure
Ma femme est avocate d’un mec de la Prod
Pour l’accompagner
Il ya 6 mois mais c’est extraordinaire

Jérome
De la bourgeoisie
Parce ce que stupeflip ccrou
Gaelle
Avec un pote et oui FM

Elodie, 25 ans avec le masque sinon 36
Des monts bourgeois
Découvrir et passer un bon moment
Les cages en métal (découverte à l’arrière d’un camion en Aveyron)
7 ans

02
Brest même
Pour faire la teuf avec stup
Le cartable et les ritournelles de pophip
2003

Alizé 37 ans
Région tour, région centre
Pour faire la Fête
J’en ai pas juste qu’il parte
10 ans sur

 

Rod / Kalinath, 33 ans / 36 ans
Brest / Né à Lesneven
Pourquoi? / Pour accomplir ma vie, jai vue le début et je veux voir la fin
Le cœur qui cogne & A Bas la hiérarchie / Le C.R.O.U
Vers 2002

Quentin 22 ans
Laval dans l’Essone, finalement 1h
Pour Stupeflip
Je kiff Popip (troll)
6 ans

 

Maxime 25
Mulhouse a coté 3h
Participer au financement et tout et tout
STup dance
10 ans

Maxence et Anais 20 et 19 ans
Grenoble
Pour Stup
Japon 894
5 ans

Charly 27 ans
Laval
Je les ai vu il y a 5 ans et depuis
Stupeflip et tout le reste
10 ans mais sans connaitre avant

Freddy 26 ans
Haute Normandie mais à Paris 30 min
J’adore Stupeflip…. et tout ca
Peu importe!

3 liens photos : ici, ici et ici

 

Route du Rock 2017. Le bilan, jour 3.

Troisième et dernier jour du festival, où les membres de Château d’Air ont eu la bonne idée de participer au tournoi de foot de S.A.N.D. sur la plage, sous le pseudo The Avalanches. Ben oui, on est pas assez crevés avec les concerts. Un grand bravo d’ailleurs à l’organisation (Fred), aux spectateurs, et aux joueurs qui seront restés fair-play de bout en bout (l’auto-arbitrage aura été un succès).

DSCF2564.JPG

The Proper Ornaments:

DSCF2578

The Proper Ornaments

Le genre de groupe idéal pour ouvrir une soirée à la Route du Rock. Très pop et collant parfaitement à l’atmosphère « soleil tombant » / apéritif. J’en garde un bon souvenir, même si ce n’est pas le genre de performance qui fait forcément grimper au plafond.

Angel Olsen:

DSCF2585

Angel Olsen

Énorme satisfaction pour ma part. Déjà conquis sur CD, j’ai adoré la performance d’Angel et son groupe. Visuellement, les tenues étaient seyantes, c’est le moins que l’on puisse dire. Ensuite musicalement, le set proposé avait tout pour séduire, entre « vieux » morceaux et nouveautés. Et elle n’hésite pas à jouer avec le public, voire même à minauder un peu. Grand moment.

Yak:

DSCF2591

Yak

Voilà encore un groupe qui aura retourné le Fort. Prévisible, certes étant donné ce qu’ils produisent sur album, mais quand on sent qu’il y a en plus l’envie et la sincérité, c’est encore mieux. Le passage dans le public du chanteur, Oliver Henry Burslem, restera d’ailleurs comme un des grands moments du weekend.

Mac DeMarco:

Étant donnée sa performance en 2014 (de loin le meilleur concert cette année là), j’avais un peu peur de voir soit une redite, soit d’être « blasé ». C’est sans compter sur la faculté de Mac et sa bande à se renouveler et à improviser. Je me rends compte que chacun de ses concerts doit être unique et que le suivre sur une tournée doit donner lieu à des moments inoubliables chaque soir. Si la reprise Coldplay avait fait rire tout le monde la dernière fois, celle de Vanessa Carlton ce dimanche a eu le même effet. Vraiment un grand gars, dans le sens artistique du terme, qui arrive a créer une communion comme rarement avec son public. Il peut revenir l’an prochain, pas de problème!

Interpol:

Pas grand chose à redire. On connaissait la playlist (par cœur) et on a pas été déçus. Ce genre de concert est assez particulier, car effectivement, le côté surprise / découverte est totalement occulté. mais quand bien même, quel pied de pouvoir entendre « live » cet album qui tourne depuis 15 ans déjà sur nos platines.

The Moonlandingz:

Regardé de loin aussi (les années commencent à se faire sentir probablement…). Mais vu du bar, ça avait l’air de bien bastonner aux premiers rangs.

Ty Segall:

Monsieur garage-rock a livré une prestation de qualité, avec tout ce qu’il faut de gros son et de riffs. Par contre moi j’étais encore sur mon coup de mou depuis le concert précédent.

Tale Of Us:

Bonne surprise pour finir les 3 jours. Sur album, leur musique me semblait un peu dépressive et plutôt adaptée à des petites audiences. Ils ont réussi à muscler leur jeu, juste assez pour garder éveillés les derniers fêtards et faire bouger les vieux récalcitrants comme moi. Une très bonne note donc pour terminer.

Bilan général:

Mon top 3, difficile à établir cette année tant il y a eu de bonnes choses, ce serait Angel Olsen, Thee Oh sees et Idles (et pas loin derrière Mac DeMarco et PJ Harvey).

Le coup de cœur va à Idles, qui ont littéralement retourné le Fort, et au plan vidéo où l’on voit les 2 batteurs de Thee Oh Sees devant la foule. Magique.

Côté déception, DJ Shadow et Arab Strap, comme expliqué dans les précédents bilans.

Un grand bravo à l’organisation dans son entièreté. Vivement Août 2018!

Route du Rock 2017. Le bilan, jour 2.

Réveil difficile pour certains, un peu mieux négociés pour d’autres qui ont réussi à se coucher tôt et sobres… toujours est-il qu’on enchaîne sur le samedi. La programmation étant dense, et les navettes prises d’assaut (du moins c’est ce que je me laisse dire), je fais l’impasse sur la plage pour ne pas louper une minute des 8 groupes qui vont défiler dans le Fort. C’est parti!

Cold Pumas:

DSCF2543

Cold Pumas

Grosse côte pour le groupe de Brighton. Pour moi la meilleure ouverture sur les 3 jours. Un live toujours bien en rythme et visuellement prenant grâce à leur batteur-chanteur qui dégage une sacrée présence derrière ses fûts. Musicalement, ils modifient peu ce qu’ils font (très bien) sur album, juste ce qu’il faut pour donner un peu plus de punch.

Parquet Courts:

DSCF2547

Parquet Courts

J’aime bien sur album, sans plus. Même ressenti lors du concert.

Arab Strap:

DSCF2552

Arab Strap

Ma déception du samedi. J’étais resté sur une musique éthérée et des paroles en chanté/parlé qui collent parfaitement à cette atmosphère un peu lugubre. Si la voix et la prestance d’Aidan Moffat ne sont en rien discutables, j’ai par contre au beaucoup de mal avec la musique. Celle-ci reste très bonne, mais les morceaux étaient sur-instrumentalisés à mon goût et on a grandement perdu en intimité. Dommage.

Temples:

DSCF2556

Temples

M’ont laissé la même sensation que lors de leur premier passage. Un peu rigides et ayant du mal à magnifier leurs morceaux (pourtant excellents) sur scène.

The Jesus And Mary Chain:

C’était clairement le concert que j’attendais le plus. Le genre de groupe qu’on pense ne jamais voir sur scène, jusqu’au jour où… Ils ont rempli leur mission sans problème. Avec une musique qui reste longtemps dans les oreilles et dans la tête. Le jeu de scène de Jim Reid est assez impressionnant, surtout qu’étant donnée la disposition du groupe, il doit tout assurer de A à Z.

Black Lips:

Petite impasse pour moi, on commence à se faire vieux. Vu de loin donc, ça volait dans tous les sens.

Future Islands:

Comme annoncé, Samuel Herring est un monstre sur scène. Si leur musique sur album me plaît bien, sans plus, il faut reconnaitre que là, ils savent augmenter le niveau d’un cran pour rendre le live captivant.

Soulwax:

La machine à danser tout simplement. Avec le format proposé, difficile de se planter et je crois que c’est quasi unanime. Le mélange du rock et de l’éléctro a pris, et St Père a sauté, sauté jusqu’au bout de la nuit. Un grand moment!

Suite et fin demain!

Route du Rock 2017. Le bilan, jour 1.

Voilà, une semaine après le festival, les idées sont plus claires et le bilan peut se faire à tête reposée.

Encore une grande année, pour sûr. Musicalement d’abord. Car si, sur le papier, tout laissait penser que ce serait un grand cru, ce fut amplement vérifié dans les travées du Fort. Mais aussi pour les à-côtés avec, une fois n’est pas coutume, le beau temps au rendez-vous. Les divers tournois de sport organisés sur la plage (S.A.N.D) ont aussi ravi l’équipe de Château d’Air. Bref, que du bon, qu’on vous fait partager maintenant. Personne n’ayant pu être présent le jeudi soir, c’est pour nous le vendredi qui fut le jour 1.

Froth:

Froth2

Froth

On attaque tranquillement les 3 jours avec Froth, venus tout droit de Los Angeles. Plus énervé que sur disque le concert est vraiment agréable, avec le soleil en prime, qui accompagnera les festivaliers tout le weekend.

Foxygen:

Foxygen

Foxygen

Très bon concert aussi, qui aurait mérité de passer un poil plus tard, le jeu de scène étant à mon avis plus adapté à la nuit.

PJ Harvey:

DSCF2510

PJ Harvey

Pas grand chose à redire sur la prestation tellement elle était carrée et maitrisée de bout en bout. De la longue ribambelle de musiciens (9!) qui entrent sur scène, jusqu’à la dernière note, les fans et les novices en ont eu pour leurs yeux et leurs oreilles. A cela j’ajouterais que j’ai trouvé le choix playlist proche de la perfection.

Car Seat Headrest:

DSCF2513

Car Seat Headrest

Un tout petit peu en deçà de mes attentes. Je trouve que le groupe a eu du mal à lâcher les chevaux. La présence scénique de Will Toledo m’a paru un peu limite. Bon concert mais clairement trop court (surtout que c’est sur la fin que ça devenait bon).

Idles:

DSCF2533

Idles

LA claque. Les gars réussissent à la fois à produire de la mélodie, à être hyper présents sur scène et à ne pas tomber dans la surenchère ou la caricature.  Clairement ma découverte et un des meilleurs concerts du festival.

Thee Oh Sees:

Ou bien Oh Sees comme on doit les appeler maintenant. J’étais resté sur ma faim (et mon avis) en 2014: trop brouillon, pas de mélodie, ils en font trop sur scène… Je suis donc arrivé les mains dans les poches, en prévision de ma pause repas. Et là, ce fut tout le contraire. Déjà un visuel terrible avec ces 2 batteries. Un John Dwyer qui se donne, mais sans en faire trop. Et un son du tonnerre, qui a mis tout le monde d’accord (moi inclus). Je révise ma copie, au moins pour ce qui est de leurs lives!

Helena Hauff:

DSCF2536

Helena Hauff

L’électro pure n’étant pas ma tasse de thé, j’ai décalé mon repas d’un concert. Mais pour avoir suivi de loin, les aficionados ont du apprécier.

DJ Shadow:

Là je maitrisais déjà un peu plus le sujet. Première vrai déception du weekend. Un son trop hip-hop, pas assez orienté « rock ». Et comme je deviens un vieux con, j’attendais des morceaux d’Endtroducing, qui n’ont pointé le bout de leur nez qu’à la toute fin.

Rendez-vous demain pour la suite.

Route du Rock 2017, les photos.

De retour du pèlerinage à St-Malo, l’équipe de Château d’air est en train de vous concocter un débriefing aux petits oignons.

En attendant d’avoir couché nos (mémorables) souvenirs sur écran, un petit récapitulatif en photos s’impose.

Alors attention, photographe c’est un vrai métier, merci donc de respecter l’amateurisme de votre dévoué journaliste.

VENDREDI 18

 SAMEDI 19

DIMANCHE 20

AMBIANCES