Courant d’Air #1729

designklein-14811822Waxahatchee, Out In The Storm, 2017.

Gros coup de cœur pour l’album de Katie Crutchfield qui est aux manettes du groupe. Mélodies entêtantes et sonorités légères s’associent pour un disque vraiment  digeste qui peut s’écouter plusieurs fois de suite sans risquer l’overdose. @k_crutchfield

Kaitlyn Aurelia Smith, EARS, 2016.

Attention au décollage! Départ imminent pour une musique hautement planant et conceptuelle. On lâche prise et on se laisse partir… @kaitlynaurelia

The Stevens, Good, 2017.

Un son bien gras sur des mélodies désinvoltes. C’est la formule des australiens The Stevens sur leurs second LP et ça fait mouche. @Stevensband

We Are Monroe, White Lights, 2017.

Deuxième album pour les canadiens de We Are Monroe.  Décidément, la scène montréalaise se porte à merveille. Un son qui n’est pas sans rappeler le premier album de The Killers, tant par la rapidité d’exécution que par la touche synthétique. @wearemonroe

Courant d’Air #1728

designklein-14811822Mo Kenney, Mo Kenney, 2012.

Vous êtes dans votre appartement, avec vue sur Central Park. Il neige. Vous attaquez votre chocolat chaud. Derrière vous, une bande son. C’est l’album de Mo Kenney. Canadienne, mais qui sonne terriblement new-yorkaise. @Mo_kenney

Suzy & Los Quattro, Faster & Louder!, 2017.

Joli exercice, tantôt punk / power pop, tantôt plus assagi. L’alternance des chants masculins et féminins est parfaitement maitrisée et donne un cachet très personnel aux morceaux. @suzylosquattro

King Gizzard & The Lizard Wizard, Murder Of The Universe, 2017.

Deuxième album de l’année pour les King Gizzard (qui en prévoient 5 si j’ai bien compris). A peine moins inspiré que son prédécesseur, Murder Of The Universe ne se présente pas forcément en nouvel album, mais plutôt en suite logique. @kinggizzardband

Algiers, The Underside Of power, 2017.

En électronisant les rythmiques par rapport au premier album éponyme parut en 2015, le groupe acquiert encore plus de consistance et réussissent l’exercice du passage au second album haut la main. @AlgiersMusic

Black Lips, Satan’s Graffiti Or God’s Art?, 2017.

Album plus structuré (dans la mesure du possible) que les précédents, c’est une petite révolution que nous proposent les Black Lips. Ils gagnent en clarté ce qu’ils perdent en spontanéité. @TheBlackLips

Courant d’Air #1726

designklein-14811822The Drums, Abysmal Thoughts, 2017.

Album touche-à-tout mais homogène. Bourré de belles mélodies arrangées à plein de sauces différentes. Vraiment agréable de A à Z. @thedrumsforever

Milk Teeth, Vile Child, 2016.

Une énergie débordante et une alternance entre un chant féminin tout en subtilité et un chant masculin que l’on peut définitivement qualifier de bourrin. un son original donc, qui sonne d’ailleurs bien américain pour un groupe britannique. @MILKTEETHPUNX

The Mountain Goats, Goths, 2017.

Un album qui commence comme une annonce de fin du monde. L’ambiance se détend ensuite clairement et laisse place à une pop aérienne et toujours mélancolique. @mountain_goats

Kevin Morby, City Music, 2017.

Difficile de faire mieux que l’an dernier (où Kevin Morby avait sorti le meilleur album selon moi). Mais City Music regorge une nouvelle fois de perles pop @kevinmorby

Courant d’Air #1724

designklein-14811822Muncie Girls, From Caplan To Belsize, 2016.

Si le début de l’album est un peu répétitif et peu de morceaux sortent du lot, la suite est bien plus excitante et nous plonge dans un grunge qui n’est pas sans rappeler les Veruca Salt vocalement parlant.@munciegirls

 TOPS, Sugar At The Gate, 2017.

Moment de détente en perspective avec TOPS, qui distillent tranquillement leurs petites mélodies. Équivaut largement à une heure de yoga. @TTTOPSSS

Will Straton, Rosewood Almanach, 2017.

Songwriter de talent, Will Straton sur son quatrième album ne se prive pas pour redonner des lettres de noblesse au genre. @willlstratton

Wavves, You’re Welcome, 2017.

La première écoute laisse clairement dubitatif et il n’y a pas vraiment de morceau qui se démarque du lot. L’auditeur aura besoin, tout comme moi, de laisser tourner un peu l’album pour que les subtilités se précisent et que chaque piste s’exprime indépendamment. @WAVVES

Girlpool, Powerplant, 2017.

Juste un énorme talent pour ces 2 jeunes filles (19 et 20 ans) qui en sont déjà à leur deuxième LP. Une écriture simple, mais qui fait toujours mouche. Sans fioriture. @girlpoolband

Courant d’Air #1723

designklein-14811822Mal Blum, You Look A Lot Like Me, 2015.

Petit coup de cœur, il faut l’avouer, pour le travail de la new-yorkaise, qui sous couvert de douceur nous propose des mélodies rudement bien senties. @MalBlum

Great Grandpa, Can Opener, 2015.

Un son Low-Fi vraiment prenant et des morceaux fourrés de bonnes trouvailles, c’est la recette Great Grandpa. @greatgrandpaband

The Broken Hearts, Lost In Little Tokyo, 2017.

Quel est le point commun entre The Cure, Oasis et des ballades de hard rockeurs? The Broken Hearts, qui sortent leur premier album, n’hésitent pas à mélanger les genres et à faire le grand écart entre les morceaux.Ça passe d’ailleurs plutôt bien (la plupart du temps…).

Feist, Pleasure, 2017.

J’étais resté sur une image un peu « légère » de la musique de Feist. C’était sans compter sur Pleasure, hautement recommandable et clairement dense musicalement. @FeistMusic

The Charlatans, Different Days, 2017.
Malgré tous ses efforts, le temps ne semble avoir aucune prise sur Tim Burgess et sa bande. Les rythmes et les sons du groupe restent intemporels. A la fois symboles d’une époque et en même temps actuels. @thecharlatans