Courant d’Air #1708

The Lemon Twigs, Do Hollywood, 2016.

Les frères D’Addario ont clairement ingéré une sacrée collection de disques pour en ressortir leur Go Hollywood. La musique rock (et ses diverses branches) des années 50, 60 et 70 est passée au crible et difficile de ne pas y trouver son bonheur. Du condensé pour chaîne Hi-Fi en somme. @thelemontwigs

Ty Segall, Ty Segall, 2017.

9 ème album solo pour le roi du garage (auquel il faut ajouter au moins autant de sorties avec ses différents side-projects). Cette fois ci, garage et glam sont réunis pour en sortir le meilleur. Ty est loin d’avoir tout dit semble-t-il, et c’est tant mieux. @tysegall

Hooverphonic, In Wonderland, 2016.

9ème album studio aussi pour le groupe trip-hop belge. Malgré des changements de line-up constants, les sorties se sont enchaînées depuis 1996 au rythme d’un album tous les 2 ans. Détente assurée. @HooverphonicOff

Bellevue Days, Sad Boy, 2016

Coup de cœur pour le second EP du groupe sud londonien. Une belle énergie déployée sur CD comme sur scène et des mélodies qui restent longtemps dans la tête. @bellevuedays

Elastica, Elastica, 1995.

Petit retour en arrière, parce que Trainspotting 2 sort tout bientôt, et parce qu’Elastica est de retour.

Courant d’Air #1706

Foxygen, Hang, 2017.

C’est vendredi, vous êtes détendus, la semaine se termine. Une BO s’impose alors, celle du dernier Foxygen. L’album à la joie communicative qui ne vous laissera pas indifférent.  @foxygentheband

Austra, Future Politics, 2017.

Album ultra prenant dominé par son morceau du même nom. Difficile de rester de marbre face la profondeur de cet electro-rock. @austratalks

Nada Surf, You Know Who You Are, 2016.

Malgré un manque criant d’originalité et de prise de risque, Nada Surf continue tant bien que mal à faire du Nada Surf. Difficile de dater leurs morceaux tellement ils se ressemblent, mais leur son reste tout de même fort agréable. A petite dose. @nadasurf

Cherry Glazerr, Apocalipsticks, 2017.

Rock garage léché, où la voix de Clementine Creevy oscille élégamment entre celle de Chan Marshall (Cat Power) et celle de Kazu Makino (Blonde Redhead). @cherryglazerr

Matthew E. White & Flo Morrissey, Gentlewoman, Ruby Man, 2017.

Les albums de reprises aussi qualitatifs sont rares. Si le choix des morceaux est très éclectique, ils sont tous revisités à la sauce White / Morrissey. Et loin de révolutionner les originaux, chaque nouvelle interprétation donne vraiment un second souffle. Un souffle frais. @flomorrissey @amattwhitejoint

Courant d’Air #1705

The XX, I See You, 2017.

Attendus au tournant après Coexist en 2012. Ce qui avait fait la magie de leurs précédents opus est toujours là. Retour gagnant! @The_xx

Benjamin Biolay, Palermo Hollywood, 2016.

Une vraie BO de film des années 70 que ces 14 titres proposés par Benjamin Biolay qui a puisé son inspiration en Argentine et plus particulièrement à Buenos-Aires. @Benjamin_Biolay

The Flaming Lips, Oczy Mlody, 2017.

D’inspiration clairement nordique, l’album navigue entre les anciens de Gus Gus et les plus récents Sigur Rós. Une sorte d’anthologie de l’électro pop et du trip-hop à travers les 2 dernières décennies. @theflaminglips

Bonobo, Migration, 2017.

Compositions reposantes et relaxantes sur la nouvelle mouture de Bonobo. Idéales pour l’apéro? Clairement! @si_bonobo

Mac DeMarco

Sorti cette semaine, un extrait du nouvel album de Mac DeMarco à paraître le 5 mai 2017. @Msldemarco