Whitey

Whitey

Whitey… Voilà presque 10 ans que son premier album “The Light At The End Of The Tunnel Is A Train”, tourne régulièrement sur mon lecteur. Un génie londonien du genre électro-krautrock, qui vous plonge au coeur de son nuage gris, chargé, au bord de l’éclatement, mais sous lequel il ne pleut pas une goutte. Le titre de cet album en dit long sur la personnalité de Whitey. En effet, le pessimisme ambiant qui l’anime et l’inspire, illustré par une voix nonchalante, est contrebalancé par des nappes électro-rock qui défient l’inertie des corps! Lors d’une interview avec “Line out”, il listera ses sources d’inspiration comme suit: “Failure, frustration, revenge, ambition, poverty, drunks, thugs, outsiders, obsession, falling in and out of love, women, drugs, drugs, drugs, a sentence in a book, a line in a film, idiots on trashy reality TV. Everything… ». C’est pour le moins éloquent.

Nathan Joseph Whitey est le membre unique de son projet original. Il compose et produit la quasi-totalité de ses oeuvres. Même si la sortie de son premier album en 2005 chez 1234 Records a été bien accueillie par la presse et le public, l’artiste a connu de nombreuses difficultés de diffusion par la suite. Son deuxième album “The Great Shakes” dont la sortie était prevue en 2007, fuitera peu de temps avant sur internet. Cela entrainera la fin de son contrat avec 1234 Records et l’album ne verra officiellement pas le jour. Ces deux productions suivantes “Stay On The Outside” et “Canned Laughter”, connaîtront aussi des difficultés de distribution. On a vraiment du mal à comprendre comment un tel talent peine à signer sur un gros label…

En 2012, il décide alors de sortir son nouvel album “Lost Summer” par l’intermédiaire de son bandcamp. Il persiste dans son registre psychédélique et signe un bel opus dans la lignée de son premier album.

Dès fin 2012, il organise une levée de fonds pour financer la sortie de son prochain album "Barebones" et de sa tournée via le site kickstarter. Les internautes peuvent acheter son album en pré-vente sous divers formats mais également des coffrets édition limitée. L’opération connaitra un franc succès dès le mois de janvier et Whitey était en tournée mondiale tout au long de l’année 2013. Il diffusera un morceau inédit "No More Right Or Wrong" issu de ce dernier album sur son bandcamp.

Certains de ses morceaux seront aussi utilisés dans des séries américaines telles que The Sopranos (“Do The Nothing” en collaboration avec Erol Alkan) et Breaking Bad (“Stay On The Outside”).

Cependant, Whitey ne sera jamais sous les projecteurs jusque là et c’est sincèrement regrettable. C’est la raison pour laquelle il me tenait à coeur de lui réserver une chaude place dans notre Château d’Air. J’ai donc sélectionné pour vous quelques titres qui éveilleront, je l’espère, votre curiosité…

Courant d’Air #1416

Courant d'Air #1416

Les courants d’air réunissent des morceaux découverts lors de nos diverses pérégrinations musicales. Ils ont accrochés nos oreilles et c’est pourquoi nous souhaitons les partager avec vous.

Voici donc une sélection de 7 chansons rien que pour vous :

  • Daisy Victoria – "Macbeth To My Lady"
    Daisy Victoria est une jeune anglaise qui vient de débuter sa carrière solo avec un EP intitulé Heart Full Of Beef. Sa jolie voix captive et accompagne à merveille un univers sombre, mais nerveux et où les changements de rythme insufflent à chaque fois une énergie particulière .
  • Max Pope – "Gone To Count Sheep"
    Cet autre jeune représentant de sa Majesté vient récemment de dévoiler un premier morceau prometteur : "Gone To Count Sheep". La chanson se présente sous la forme d’une ballade qui accroche les oreilles dès les premières notes. On se laisse alors aisément emporté de bout en bout.
  • Lowell – "Cloud 69"
    Changement de registre avec "Cloud 69" de Lowell. Cette canadienne nous offre un morceau pop bien burné, énergique, engagé et sexy. Ce titre redonne la patate et est contagieux. Il fait parti de son nouvel EP I Killed Sara V.
  • Death Vessel – "Mercury Dime"
    Death Vessel est l’oeuvre de Joel Thibodeau qui nous vient de Providence (Rhode Island, USA).  "Mercury Dime" est extrait de son nouvel album Island Intervals. C’est un morceau simple et entêtant qui se prête magnifiquement à sa voie androgyne. En un seul mot : Efficace!
  • Slow Club – "Tears Of Joice"
    Ce duo anglais, originaire de Sheffield, nous prépare leur troisième album Complete Surrender pour cet été. "Tears Of Joice" est vraiment un beau titre dont le refrain vous fera certainement balancer doucement la tête. Vous pouvez retrouver 2 autres chansons plus anciennes en suivant ce lien.
  • Klo – "Make Me Wonder"
    Il s’agit ici aussi d’un duo mais qui nous vient d’Australie. "Make me Wonder" est le premier titre disponible du groupe. C’est un morceau électro lancinant  et "moite". La voix de la chanteuse nous berce et nous donne l’impression d’être dans du coton.
  • Erol Alkan – "A Hold On Love"
    Erol Alkan a finalement sorti son premier EP solo, Illumination, fin 2013. "A Hold On Love" en fait partie et c’est vraiment un petit bijou dans son genre. Vivement Astropolis! A écouter absolument et sans modération!

EN BONUS :

  • Cheveu – "Polonia"
    Voici le clip officiel de "Polonia", extrait de BUM, troisième album du groupe français Cheveu. Un clip bien barré pour un morceau qui l’est encore plus! Bref, un vrai délice dont il serait dommage de se priver!

[Playlist] Cumulus #4

Cumulus #4

Les Cumulus sont des playlists qui retracent les artistes dont nous avons parlés au cours des derniers mois. Le dernier en date commence quelque peu à se faire vieux.C’est pourquoi il est grand temps de faire place au nuage suivant. Son successeur est d’ailleurs un gros morceau avec 24 chansons rien que pour vos oreilles.

 

Voici la tracklist du Cumulus  #4 avec les articles correspondants en liens:

  1. Tamikrest – "Imanin Bas Zihoun"
  2. Kishi Bashi – "Philosophize In It! Chemicalize With It!"
  3. Ana Tijoux – "1977"
  4. WHY? – "Murmurer"
  5. Phèdre – "In Decay"
  6. Pendentif – "Embrasse Moi"
  7. Raury – "God’s Whisper"
  8. YACHT – "Party at the NSA"
  9. Cults – "I Can Hardly Make You Mine"
  10. Volcano Choir – "Byegone"
  11. Future Islands – "Balance"
  12. Light Light – "Kilo"
  13. Rapid Douglas – "My Friend"
  14. Gap Dream – "Chill Spot"
  15. of Montreal – "She Ain’t Speakin’ Now"
  16. PiL – "Lollipop Opera"
  17. PUP – "Reservoir"
  18. Le Vasco – "I’m Not There"
  19. Wiley – "Flying"
  20. TOY – "Join The Dots"
  21. Archie Bronson Outfit – "Shark’s Tooth"
  22. Deerhunter – "Desire Lines"
  23. Jozef Van Wissem & SQÜRL – The Taste Of Blood
  24. Dirty Beaches – "Lord Knows Best"

 

Raury – "God’s Whisper"

Raury - "God's Whisper"

Du haut de ses 18 ans et venant du côté d’Atlanta, Raury nous donne l’eau à la bouche avec l’un de ses premiers morceaux. "God’s Whisper" est une chanson qui fait tendre l’oreille dès que les premières notes résonnent. Un rythme lent, des sonorités percutantes et un flux de paroles haché, donnent à ce titre une aura mystique.  Logique pour un morceau appelé "God’s Whisper", mais pas si évident à mettre en place.
Le clip est également très bien réalisé et vient magnifiquement compléter l’univers de l’artiste. Malheureusement, vers la fin du clip, je ne peux pas m’empêcher de penser à Miley Cyrus… question de génération, sans doute! Je vous laisse le soin d’en juger par vous même.

BO : « Only Lovers Left Alive »

Jozef-van Wiwwen-Sqürl

« Only Lovers Left Alive » est le dernier film de Jim Jarmush, sortie en salle en février 2014, qui raconte l’histoire d’amour éternelle entre deux vampires désabusés, déçus par l’humanité. Un film magnifique primé du Cannes Soundtrack Award 2013 pour sa bande originale composée par le groupe Sqürl (groupe emmené par Jim Jarmusch, Carter Logan and Shane Stoneback) et Jozef Van Wissen.

Le film prend à contre pied  l’univers de Vampire utilisé dernièrement (Twilight and co…). En fait, le thème est utilisé pour en faire une autobiographie. Adam résume tout ce que lui, Jarmusch aime (littérature, musique) et aussi sa propre nostalgie, sa lassitude de l’époque (renforcée par le personnage du vampire qui vit depuis des siècles). Mais cette nostalgie ne tombe pas dans le pessimisme grâce surtout au personnage d’Eve (double positif d’Adam et aussi face positive de Jarmusch) qui croit à la modernité et au renouvellement du monde (les fleurs qui repousseront sur Detroit). Le tout donne une pépite visuelle et sonore.

La BO a comme d’habitude une place prépondérante dans son film jusqu’au point ou il a participer a sa conception. (composition de Neil Young dans Dead Man, la musique de RZA membre fondateur du Wu Tang Klan dans Ghost Dog la voie du Samourai ou encore la bo envoutante de Broken Flowers). Ici,  14 titres aux ambiances sombre qui s’écoule lentement au gré des cordes (mélange de luth et bourdonnement de guitarres électriques) de Jozef Van Wissen. On retrouvera aussi en invité Zola Jesus, Yasmine Hamdan et Madeline Follin du groupe Cults. Une bande originale qui s’écoute en boucle…

Pour la petite histoire, en 2007 Wissen croise dans une rue de SoHo (New York) la silhouette dandy de Jarmusch, dont il admire les films. Il lui pose sans réfléchir une question direct : «Le luth, ça vous intéresse ?» Pas farouche, le cinéaste répond : «Oui.» Ils deviennent amis et publieront plusieurs disques ensemble… N’hésitez donc pas a plonger dans cet univers et en attendant voici deux extaits:The Taste of Blood et Hal.

Courant d’Air #1412

Courant d'Air #1407

Le premier jour de printemps est un moment idéal pour faire le ménage. On ouvre bien en grand portes et fenêtres du château et on laisse alors place à un énorme Courant D’Air pour qu’il emporte les dernières traces de l’hiver.
Voici donc une playlist de 18 morceaux découverts récemment par nos soins et à destination de vos précieuses oreilles.

Concernant le bulletin musical de la playlist :
Le matin, une bise pop soufflera assez énergiquement. Elle laissera la place à un vent rock dominant accompagné de quelques averses psyché et soul en milieu de journée. Un flux hip-hop prendra alors la relève à la tombée de la nuit. Pour finir, l’air se remplira de sonorités électroniques en fin de soirée.

En bonus une vidéo live au SXSW de Damon Albarn , Dan The Automator, Del The Funky Homosapien et… Snopp Dogg interprétant "Clint Eastwood".